Facebook fait-il ressortir notre côté stupide ?

Qu’est-ce qui caractérise le plus Facebook ? En dehors d’être un réseau social, d’être un des plus gros hébergeurs de photos et une cachette secrète pour de nombreux chats, Facebook est avant tout un lieu léger. On n’y vient pas pour apprendre, pour s’instruire, pour débattre, ou alors très peu. Non, Facebook sert avant tout à se détendre, à échanger des futilités ou des choses sans importances. Photos rigolotes, actes de la vie quotidienne, pensées du moment… Cela ne vole pas bien haut et c’est bien le but. Le problème, c’est que l’ensemble des acteurs qui y sont présents semblent s’adapter à cet état de fait et, pire, accélérer le mouvement.

Le premier coupable ? Facebook lui-même, bien sûr. Son algorithme Edgerank fait en sorte qu’une minorité des inscrits à une page (ou de vos amis) voient les statuts postés. Et sa manière de fonctionner est assez simple : on ne prête qu’aux riches. Le meilleur moyen pour être populaire sur le réseau, c’est d’être populaire. Les likes attirent les likes, les interactions amènent de nouveaux fans. Autrement dit, tous les moyens sont bons pour faire grimper ses stats et les maintenir au top. Dans quel but ? On ne sait pas trop, ce n’est pas grave, on verra plus tard.Les mécontents sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à ce sujet.

Cette paupérisation du contenu et ce nivellement par le bas ont fait baisser l’intérêt du réseau pour de nombreuses personnes. La vraie question, c’est de savoir jusqu’où cela peut aller. Les marques sont de plus en plus basiques et ne font même plus semblant de vouloir apporter une plus-value à leurs inscrits. C’est la fête des grand-mères ? Préparez-vous à voir votre timeline envahie de messages d’entreprises. De manière générale, les images, blagues et autres messages sans rapport avec les produits ou services vendus se multiplient, avec comme symbole les carrés de la discorde. Les marques se conduisent comme des potes, la relation souhaitée avec les consommateurs n’a aucun sens ni en matière de marketing ni en matière de communication. La soif d’interactions a faussé le rapport que l’on a, en tant que professionnels du secteur, avec les réseaux sociaux et leur utilisation. A force de chercher le plus petit dénominateur commun et de vouloir multiplier les chiffres, on est arrivé bien bas… Et ce mal mystérieux fait des victimes, abandonnée par leur logique et leur pouvoir de réflexion. Bienvenue dans l’ère des Condescending Corporate Brand Pages. Vous voulez des preuves de l’épidémie ?

Les mendiants du like

Aime si ça te fait sourire ! Like si ça te rend triste ! Commente si tu as trouvé la réponse ! On n’est plus dans la recherche de l’échange ou dans l’ouverture pour ouvrir le dialogue, on est dans la recherche du réflexe pavlovien chez ses fans. Sait-on jamais, si on leur demande de faire quelque chose, cela fonctionnera peut-être, surtout si on met un smiley. Le pire ? C’est que généralement cela fonctionne. Après, parler d’adhésion au message quand on a obtenu des clics de cette manière, cela n’a absolument aucun sens.

Mais le top du top en la matière ne concerne pas que les marques. Il consiste à engager directement les lecteurs sur un sujet en lui demandant de résoudre un problème grâce à son action sur Facebook. Vous voulez que cet enfant arrête de pleurer ? Likez ! Vous voulez encourager les volontaires qui reconstruisent Haïti ? Partagez ! Vous n’aimez pas la faim dans le monde ? Aimez ce statut, si vous ne l’aimez pas c’est que vous êtes pour la guerre. Et na. Mais qui peut croire des inepties pareilles ? Quoique dans certains cas, les marques sont prêtes à échanger du like contre des dons. Une autre manière d’acheter de l’amour ?

Les tricheurs

Deuxième cas de figure, le mensonge éhonté. Mais sous forme humoristique bien sûr, il faut bien garder la face. Pour provoquer encore plus facilement le like, on va simplement faire une fausse promesse. Cela se répand de plus en plus et cela fonctionne très très bien… Pas sûr que ceux qui se soient fait avoir aient envie d’y revenir. Quoique…

Deux exemples parmi tant d’autres qui illustrent une course aux likes dont on a oublié le but. Facebook est de plus en plus pauvre, de plus en plus uniforme et il devient dur d’y être vraiment constructif. Tout tire dans ce sens, le bonne question est de savoir si c’est ce que les inscrits recherchent vraiment sur ce réseau. Et si oui, quelle place potentielle réelle pour les marques ?

> Le sujet vous intéresse ? Je vous recommande la lecture de la page Piège à fans, qui répertorie les plus belles perles en la matière. Bon courage à ses administrateurs, il y a du boulot…

Crédit image

Crédit image 2

Crédit image 3

Le TumblR Piège à fans (crédit photo 4)

Commentaires

  1. reichert
    25 octobre 2012 - 12h30

    C’est un réseau social après tout, il est le reflet de nos actions et ça ne m’étonne pas de voir des pratiques comme les « mendiants du like », les « tricheurs » et autres pratiques plus ou moins ridicule basées sur l’affecte des gens. Après FB c’est une sucess story et comme toutes, elle engendre pas mal de critiques plus ou moins fondées d’ailleurs. Le site http://piegeafans.tumblr.com/ m’a bien fait marré quand même !

  2. Piège à fans
    25 octobre 2012 - 19h45

    On arrive tous, à un moment ou à un autre, et plus ou moins loyalement, à devenir des crevards 2.0 avec des publications ou des dispositifs plus ou moins pendables. Facebook nous y force de plus en plus d’ailleurs…

    Piège à fans n’est qu’un site de bashing, par un basheur et CM qui finalement, n’est que jaloux du succès des autres. Take it easy, et surtout, n’oublions pas que le TumblR n’est que pour le LulZ ! :)

  3. Radio Gege
    27 octobre 2012 - 22h43

    Je ne pense pas que ce soit spécifique à facebook, c’est internet en général qui rend notre stupidité plus accessible et acceptable. Je suppose que deux ou trois générations auparavant, il y avait autant de comportements et de pensées inintelligents, mais Internet et Facebook (ainsi que tout le web 2.0) les rendent simplement plus ouverts au grand public.

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar