Facebook et ses conditions générales d’utilisation jouent au yoyo

Le raz de marée provoqué par l’affaire des Conditions Générales de Facebook est à l’échelle du premier réseau social. Immense. Ce dernier, qui vient de dépasser les skyblogs en France en terme d’audience, a en effet décidé il y a quelques jours de changer ses CGU. Au menu de cette « menu » retouche, la suppression d’un paragraphe indiquant la possibilité de supprimer les données vous concernant. Autrement dit, tout le contenu mis en ligne par les utilisateurs appartient à Facebook qui sera en droit de l’utiliser dans des buts commerciaux (entre autres).

logofacebook

Le spectre d’un fichier Edwige puissance 10 000 construit sur le bon vouloir des utilisateurs va alors rapidement gagner le grand public. C’est le blog Consumerist qui va dégainer le premier avec un billet intitulé Facebook’s New Terms Of Service: « We Can Do Anything We Want With Your Content. Forever. ». Il va se répandre comme une trainée de poudre à travers la blogosphère et les médias traditionnels. Une recherche sur Twitter (plusieurs résultats à la minute) ou sur Google blogs suffit pour se faire une idée de l’ampleur du mouvement. Blogs, mais aussi sites d’informations et médias traditionnels s’emparent vite de l’affaire. De nombreux groupes sont bien sûr créés sur le site communautaire, à l’instar de People Against the new Terms of Service (TOS) et ses 70 000 membres. Ces nouvelles CGU seraient même illégales

Après le flop Beacon, Mark Zuckerberg n’a pas besoin d’un autre scandale. Première marche vers la rédemption, il va tenter de s’expliquer chez Techcrunch : « En réalité nous ne souhaitons pas utiliser vos données d’une façon qui ne serait pas tolérable pour vous. La confiance dans notre réseau afin de partager des informations est l’aspect le plus important de notre travail et de nos efforts…« . Très bien. Mais visiblement pas suffisant pour enrayer le bad buzz qui s’étend.

update

Dernier épisode en date du feuilleton « Facebook contre votre vie privée« , le retour aux anciennes Conditions générales d’utilisation… Des fois il ne faut pas lutter ! Mark Zuckerberg s’explique dans un billet publié hier soir sur le « blog » de Facebook. Traduction d’un paragraphe : « Plus de 175 millions de personnes utilisent Facebook. Si nous étions un pays, nous serions le sixième du monde en terme de population. Nos conditions d’utilisation ne sont pas juste un document qui protège nos droits. C’est le document qui administre la façon dont le service est utilisé par ses membres à travers le monde. Étant donné son importance, nous devons nous assurer qu’il reflète les principes et les valeurs des gens qui s’en servent. » J’en ai presque la larme à l’œil. Les utilisateurs ont donc réussi à faire plier le géant.

Facebook est l’emblème de la nouvelle génération de sites qui battent les records d’audience. Ses difficultés sont symptomatiques : le succès est au rendez-vous, les utilisateurs sont toujours plus nombreux, mais la monétisation de ce public est difficile. Facebook a essayé deux fois de titiller ses membres à propos de leur vie privée, ce fut deux échecs. Après avoir été valorisé 16 milliards lors du rachat d’une partie du capital par Microsoft, le site ne vaudrait plus aujourd’hui qu’à peine 4 milliards. Certes, ces chiffres ne veulent pas dire grand chose… Mais quid du futur de Facebook, de sa rentabilité et de son exploitation de son énorme fichier commercial potentiel de 175 000 000 de prospects ?

Liens utiles pour revivre cette épopée magique :

OFFRES D'EMPLOI WEB

Rédacteur Web H/F

N#1 des services recrutement, emploi et carrière en France, Regionsjob imagine et développe depuis 16 ans des solutions RH à forte valeur ajoutée. Précurseur dans l'application des technologies web au ...

Chef de Projet Digital Commerce-Clients H/F

Le Groupe Pomona (3, 1 milliards d'Euros de CA, 10200 collaborateurs) est leader de la distribution livrée de produits alimentaires auprès des professionnels de la restauration et des commerces spécialisés ...

Chargé de Projet Web H/F

Acteur majeur de la prévention et de la maîtrise des risques, le groupe Socotec (5 000 collaborateurs) exerce ses métiers auprès des entreprises de tous secteurs : construction & immobilier, ...

Commentaires

  1. Hubert
    18 février 2009 - 11h21

    La monétisation de ce genre de site et notamment des sites Web2.0 semble toujours aussi difficile. Seul Google a réussi le tour de force de trouver le modèle économique rentable (très rentable) après avoir atteint une forte audience. Facebook, malgré sa popularité, a du mal à convertir cela en Cash.
    De plus, l’engouement va t’il redescendre comme un soufflet comme pour SecondLife?
    A suivre…

  2. Esperluette
    18 février 2009 - 12h22

    Non mais dis ! Le preuve que Mark Zuckerberg n’a aucune idée de ce qui est « tolérable » ou non pour les utilisateurs de Facebook.

  3. Messire Loup
    18 février 2009 - 12h29

    Les conditions ont soi-disant été modifiées depuis. On y lit tout de même:

    « En publiant un Contenu utilisateur sur le Site, vous autorisez expressément la Société à créer les copies nécessaires pour faciliter la publication et le stockage du Contenu utilisateur sur le Site. En publiant un Contenu utilisateur sur tout ou partie du Site, vous concédez expressément à la Société, et vous garantissez détenir les droits nécessaires à cet effet, une licence irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et pour le monde entier sans rétribution financière de sa part (y compris le droit de concéder des sous-licences), d’utiliser, copier, représenter, diffuser, reformater, traduire, extraire (en tout ou partie) et distribuer ce Contenu utilisateur, à des fins commerciales, publicitaires ou autres, sur le Site ou en relation avec le Site (ou dans le cadre de sa promotion), de créer des œuvres dérivées du Contenu utilisateur ou de l’incorporer à d’autres créations, et d’en concéder des sous-licences des éléments cités. À tout moment, vous pouvez supprimer votre Contenu utilisateur du Site. Si vous choisissez de supprimer votre Contenu utilisateur, la présente licence prendra fin automatiquement mais vous acceptez que la Société puisse conserver des copies archivées du Contenu utilisateur supprimé. Facebook ne revendique aucun droit de propriété sur votre Contenu utilisateur. En vertu des présentes Conditions d’utilisation, vous demeurez propriétaire de votre Contenu utilisateur et des droits d’auteur ou autres qui lui sont associés. »

    Bref, vous gardez tous les droits de reproductions, mais étant donné que vous avez concédé une licence d’utilisation « irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et pour le monde entier sans rétribution financière » de votre contenu, courant ou archivé, ce dernier peut finir n’importe où, n’importe quand et toujours dans n’importe quel but, commercial ou non.

    J’appelle cela du vol qualifié!

  4. Modérateur
    18 février 2009 - 14h23

    @Messire Loup @esperluette : on est d’accord, c’est plus que limite…

  5. Véronique
    18 février 2009 - 16h32

    …et je ne peux qu’approuver! En revanche, toujours surprise qu’ils n’arrivent pas à mieux « monétiser » leurs services; en « télé » une pub qui serait sous les yeux de plus de 175 millions de personnes vaudrait une petite fortune!

  6. Modérateur
    18 février 2009 - 16h35

    @Hubert : Facebook part de plus haut que SecondLife tout de même, qui avait été monté en épingle par les médias. Mais effectivement il va falloir qu’ils évoluent dans le bon sens… Pour eux comme pour leurs utilisateurs.

  7. TDM
    19 février 2009 - 13h57

    Moi ce que j’ai du mal à comprendre, c’est pourquoi ils ne mettent pas un peu de pub sur leurs pages, ne serait-ce qu’un carré 300×250, ou même un petit rectangle… Ca changerait quand même du vide actuel, et je pense que ca ne choquerait pas plus les gens que ca…

  8. jessyca farrugia
    21 février 2009 - 10h11

    Moi, ce que je ne comprend pas c’est que l’on soit étonné de cette histoire! C’est évident : donnez du pouvoir a une boite et elle en profitera. C’était juste une question de temps…Il suffit de lire 1884, ou tout autre roman d’anticipation

  9. Facebook, un service survalorisé !! - Polyclic » Polyclic
    3 juin 2012 - 14h32

    […] la période des déboires : failles de sécurité, critères de confidentialité non respecté, conditions générales tendancieuses, rumeur de plagiat d’autres sites […]

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar