Tout ce que Facebook a changé dans notre vie

Lancé en 2004 Facebook s’est très vite démocratisé. S’il ne concernait au début que les étudiants d’universités américaines, il touche aujourd’hui toute la population mondiale. Le réseau de Palo Alto est devenu un écosystème à part entière au cœur de nos pratiques Internet. Le virage mobile n’a fait qu’accroître cette relation privilégiée avec le réseau social. L’importance de Facebook a largement changé nos habitudes sur Internet et dans notre vie quotidienne. Rapide tour d’horizon de ce qui ne sera plus jamais pareil à cause, ou grâce à Facebook :

La signification des mots « Amis » et « J’aime »

Étymologiquement, être ami avec une personne c’est « avoir de l’attachement, de la sympathie, de la bienveillance envers quelqu’un » (Larousse). Avec Facebook, on devient « ami » avec quelqu’un parce qu’il est déjà ami avec quelqu’un de notre réseau, parce qu’on l’a rencontré en soirée, parce qu’il/elle a une jolie photo de profil, ou parce qu’on a appris à lire ensemble sur les bancs de l’école primaire il y a 20 ans. Pour ce qui est « d’aimer », là aussi le mot a été dévoyé. Aimer quelqu’un ou quelque chose, c’est normalement « faire preuve d’affection, de tendresse ou de passion ». Aujourd’hui, on peut aimer un classement des 20 chats les plus mignons d’Internet, les photos de vacances de nos amis, ou la dernière vidéo de compilation de fails de conducteurs russes.

facebook-funeral

Notre rapport à l’information et notre consommation de contenu

Facebook aimerait devenir notre page d’accueil d’Internet, mais aussi notre curateur personnel d’information. Le Newsfeed Ranking Algorithm est d’ailleurs chargé de faire le choix des actualités que nous verrons, et de de celles que nous ne verrons pas. Cet algorithme tend à changer notre rapport au contenu. Facebook aura très largement contribué à l’éclosion des Buzzfeed, Viral Nova, Bored Panda… Cette vague de contenu social et de « click baiting » aura même touché les titres de presse traditionnels. La tentation des « Top 10 », des vidéos virales, des chatons, des titres racoleurs n’aura épargné personne, et Facebook tient une place centrale cette tendance. L’algorithme Facebook devient un enjeu majeur puisqu’il serait aussi capable d’influer sur notre humeur ou nos jugements politiques.

buzzfeed

Nos relations amoureuses

Il y aurait de quoi écrire une thèse sur le sujet, car Facebook a structurellement changé notre façon de concevoir les relations amoureuses. Une première rencontre aboutira nécessairement par une fouille minutieuse du profil Facebook de notre potentielle âme sœur. Viendra ensuite la phase délicate : « Est-ce que je le / la demande en ami ? » qui est toujours un vrai dilemme. Une fois l’idylle terminée, le stalking peut devenir compulsif, et il faut parfois lutter contre sa nature profonde pour éviter d’envoyer des direct messages nocturnes. Facebook empêche d’ailleurs de réellement en finir avec une relation, l’autre étant toujours là dans sa liste d’amis, ou ailleurs sur le réseau.

Les albums de vacances

Facebook aura donné un coup de grâce aux diapositives et autres albums de vacances qui étaient pourtant une véritable institution. Maintenant, on se contente de clichés Facebook, toujours très égocentrés des mauvais photographes qui remplissent nos Newsfeed. Seul avantage, cela permet parfois de s’évader un peu en hiver, et de découvrir virtuellement certaines contrées éloignées. Grâce à Facebook et à mes « amis », j’ai l’impression de parfaitement connaître l’Australie, où je n’ai pourtant jamais mis les pieds.

stalking

Notre rapport au voyeurisme, et au narcissisme

Avec Facebook, la frontière entre sphère privée et sphère publique est devenue poreuse. Le réseau social a décomplexé notre façon de parler de nous et d’exposer nos vies aux autres. Les photos de nouveaux-nés, de vacances, de mariages, de divorces, d’enterrements, de soirées sont devenues monnaie courante. Partager ses états d’âme, son vague à l’âme, ses malheurs sentimentaux, ses réussites professionnelles ou  ses soirées alcoolisées, tout cela est devenu normal avec Facebook. Ce mouvement s’est évidemment accompagné de son pendant : le voyeurisme. Le mot « stalker » a pris tout son sens avec Facebook : tout le monde a déjà espionné le profil de quelqu’un et essayé d’en savoir plus sur sa vie en parcourant son profil.

facebook-vs-reality

Le langage des marques

Même si le community management n’est pas né avec Facebook, il a pris une toute autre ampleur grâce au réseau de Palo Alto. Avec Facebook, les marques ont pu crée des communautés et leur parler. Cette proximité nouvelle entre le consommateur et les marques, a permis une nouvelle relation entre les deux. Facebook est finalement devenu un nouvel espace d’expression pour les marques où le meilleur côtoie le pire.

Notre façon de parler aux marques

Facebook a aussi permis au consommateur de parler aux marques. Un canal intéressant pour montrer son amour incompréhensible pour une marque ou pour tenter de monter sa colère. Pour essayer de shitstormer une marque il y a quelques années, envoyer des fax ou répondre à des serveurs vocaux était beaucoup moins pratique.

dominos

Nos données personnelles et notre vie privée

Le scandale PRISM a eu très peu de retentissement en France, et pourtant, il montrait bien à quel point nos données personnelles sont finalement très peu personnelles. Avec Facebook, toute les informations que nous donnons sur notre âge, notre sexe, nos goûts, notre profession, nos désirs… sont potentiellement accessibles à tout le monde. Même si Facebook est proche de l’amateurisme face à Google, il aura contribué à nous enlever la propriété de nos données personnelles.

facebook-ads-fail

La publicité en ligne et le ciblage

La publicité en ligne devient beaucoup plus intéressante avec Facebook, du moins pour les annonceurs et les agences. Les formats Internet classiques type affichages Display n’offrent en effet aucun ciblage et sont donc très peu pertinents. Avec Facebook, on peut cibler l’âge, le lieu, le niveau de revenu, le sexe, le terminal et l’OS utilisé ou les goûts des utilisateurs qui verront la publicité.

Notre façon d’organiser des soirées

Facebook aura aussi changé notre façon d’organiser soirées et événements. Avant, vous n’invitiez que les personnes proches, aujourd’hui il suffit d’inviter 500 personnes en créant événement et de voir qui viendra. Organiser une crémaillère ou une soirée d’anniversaire n’a jamais été aussi simple.

OFFRES D'EMPLOI WEB

Directeur Associé H/F

Nous recherchons pour notre client, une agence spécialisée dans le digital, un(e) :

Directeur Associé H/F

Vous serez en charge du conseil en stratégie digitale et CRM des comptes ...

Assistant Chef de Produit H/F

C3 Alternance recrute pour l'une de ses entreprises partenaire un Assistant Chef de Produit H/F en alternanceN°1 de la communication digitale locale, propose des contenus digitaux, des solutions publicitaires et ...

Community Manager H/F

Le manager e-commerce, achats et logistique développe la stratégie du site e-commerce, en décidant des différents leviers webmarketing à activer pour accroître le trafic, la notoriété et fidéliser les internautes. C'est ...

Commentaires

  1. François Vilbert
    3 décembre 2014 - 17h17

    Très bel article qui montre avec pertinence et humour les insidieux changements sociaux que Facebook induit dans nos comportements :
    le sens du mot “ami”, la facilité de propagation des infos racoleuses, le développement du voyeurisme, le danger accentué du harcèlement téléphonique…

    Mais aussi le changement de la relation entre les marques et les consommateurs, jusqu’à ces confins inouïs : le consentement par tous au partage des données personnelles…

    En quelque sorte : le monde réduit aux comportements grégaires d’une bande d’ados sur un campus américain…

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar