Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Facebook confirme la baisse du reach et conseille l’achat de publicités

Thomas Coëffé, le 6 décembre 2013

De temps en temps, les administrateurs de pages Facebook se plaignent de la portée des publications. Certains posts touchent un large pourcentage de fans, mais d’autres passent quasiment inaperçus. Surtout, les causes de ces fluctuations sont souvent inexplicables et variables dans le temps : parfois Facebook « punit » les images, dans d’autres cas il va déprécier la visibilité d’un lien sans aucune raison apparente… Alors forcément, les community managers se sentent un peu trahis, et accusent de Facebook de vouloir les pousser à acheter de la visibilité via les publicités payantes. D’ailleurs, les community managers vous le diront : pas une heure ne se passe sans qu’une incitation à passer à la caisse soit affichée sous une publication ou sur sa page fan.

facebook-dislike-hand

La baisse globale du reach est difficile à prouver car les variables à prendre en compte sont trop nombreuses : il faudrait « annuler » l’effet de l’augmentation du nombre de fans, les administrateurs peuvent modifier les types de contenus partagés ou les accroches avec le temps… Et bien sûr, un community managers n’a pas toujours intérêt à « prouver scientifiquement » que ses publications fonctionnement moins bien que par le passé, son expertise pouvant être remise en cause.

Qu’ils soient rassurés (ou pas) : la baisse du reach vient d’être confirmée par Facebook. Le réseau social a publié un document pour ses partenaires, dans lequel il indique clairement que la baisse de la portée moyenne est réelle et inexorable. En soi, Facebook explique la baisse du reach assez logiquement : les pages Facebook sont de plus en plus nombreuses et dans le même temps, le temps dont disposent les internautes pour consulter leur fil d’actualités n’augmente pas. Chaque publication a donc moins de chance d’être lue par un utilisateur. Et Facebook enfonce le clou : si vous souhaitez que vos publications soient lues par davantage d’internautes, vous n’avez qu’une solution : acheter des publicités Facebook. Une conclusion qui risque d’irriter certains community managers…

baisse-du-reach

Voici le document complet fourni par Facebook à ses partenaires. Aviez-vous remarqué une baisse du reach de vos publications ? Que comptez-vous faire pour contrer cette tendance ?

Facebook Sharing

 

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Facebook est un réseau social très puissant où se concentre beaucoup de profils de lecteurs/visiteurs différents. On peut bien sûr décider de miser plus sur Twitter et G+, mais il est certain qu’on n’aura pas la même variété de visiteurs.

    En tant que blogueur, je suis scandalisé par cette mentalité « tout pour le fric » adopté par fb. Je conçoit bien que c’est une grosse entreprise, qu’elle doit satisfaire ses actionnaires, etc… Mais pas au détriment de ceux qui participent à son succès.

    Les pages sont une part importante du succès de ce réseau. On passe beaucoup de temps à construire une communauté, à l’animer pour partager une passion. Et au final on nous dit quoi ? « C’est l’heure de raquer » ! De quoi être écœuré…

  2. Caféine dit :

    Oui j’avais remarqué! Et sans raisons apparentes, certaines en effet deviennent virales et d’autres tombent dans l’oublie. Et le contenu semble y être pour rien.

    Je suis totalement d’accord avec le commentaire de Jérémy. Il résume assez bien ma pensée…

  3. Super dit :

    Evolution logique de Facebook (et des services « gratuits » sur Internet en général). Le réseau social de Zuckerberg poursuivra cette politique en faisant payer toujours plus et ne s’arrêtera que lorsqu’un concurrent l’aura dépassé.
    Il est donc plus que temps de repenser la stratégie sociale numérique sans la centrer sur Facebook qui n’est qu’un service tiers parmi les autres (et idéalement il faudrait se passer de service tiers, ce que font très bien certains sites tels que Doctissimo).
    Bon week-end

  4. momo dit :

    C’est le modèle rémunérateur le plus logique et censé, pour répondre à Jeremy :

    « On passe beaucoup de temps à construire une communauté, à l’animer pour partager une passion. Et au final on nous dit quoi ? « C’est l’heure de raquer » ! De quoi être écœuré… »

    C’est souvent comme ça dans la vie quand on est entrepreneur et encore plus sur le web ou la roue tourne très vite…

  5. impressionnant dit :

    Facebook est un réseau social très puissant où se concentrent beaucoup de profils de lecteurs/visiteurs différents.
    Ce réseau social de Zuckerberg poursuivra cette politique en faisant payer toujours plus et ne s’arrêtera que lorsqu’un concurrent l’aura dépassé et je trouve que c’est très logique pk abaisser les prix tant quand on est seule sur le marché et que les utilisateurs payent !!

  6. Yannick dit :

    Il y a encore des gens qui se plaignent qu’il faille passer à la caisse.. Pour paraphraser une nouvelle Star: Allô quoi!
    C’est tout bonnement mathématique, si vous avez plus de monde, plus de pages, il est évident que votre publication va être noyée. Donc si vous voulez la mettre plus en avant que les autres, il faut payer.
    C’est simple, c’est évident et je ne comprends même pas que l’on puisse dire « ho c’est pas bien, il faut payer.. »

  7. En fait la stratégie de Facebook est clair, rendre les community managers addict à ce réseau social en diffusant énormément leurs « premières » contributions.

    Puis, quand la communauté atteint un nombre respectable, que le rythme de diffusion devient régulier et que le CM voit enfin porter les fruits de son travail, crac, Facebook limite alors drastiquement la viralité de ses posts.

    Résultat : on se sent flouer. Car si on ne paye pas le travail effectué pour en arrivé là n’aura servit à rien.

    C’est effectivement une méthode très limite, plus de transparence sur l’algo de diffusion des posts devient clairement indispensable si FB veut rester dans le coeur des annonceurs.

    Mais une fois qu’ils nous tiennent par les c….., faire machine arrière fait aussi mal que de payer.

    Tactiquement parlant, ou plutôt dollaristiquement parlant, c’est très bien joué de la part de FB, chapeau !
    D’un point de vue éthique, c’est manifestement tout le contraire.

    Comment un si grand réseau social peut être aussi opaque ?

  8. FB commence déjà à payer le prix de ses comportements dépourvus de transparence. Les jeunes quittent FB à l’heure actuelle. En tant qu’administrateur d’une page je garde les yeux ouverts en sachant que je vais un jour laisser tomber FB pour des MS plus respectueux de ceux qui participent à leur succès.

  9. alex dit :

    Insupportable le cynisme de certains commentaires : « ne soyez pas étonnés, FB se fait du fric après avoir rendu dépendants ses utilisateurs, bien joué! » Facebook se comporte comme un monopole abusif, et explique que l’utilisateur est « saturé de publications ». Sauf que ces utilisateurs ont CHOISI de vous suivre en devenant « fan » de vos publications. De quel droit FB fait le tri et choisit qui doit voir ou non vos posts? Il est possible de se désabonner d’une page si elle abuse. En revanche, en tant qu’utilisateur « saturé de publications », j’ai quand même des « publications suggérées » tous les jours et de la pub. En son temps, Microsoft a été condamné pour abus de position dominante, Google a également été inquiété, Facebook ne devrait pas y échapper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *