Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Facebook envisage d’accepter la censure pour revenir en Chine

Thomas Coëffé, le 23 novembre 2016

Depuis juin 2009, Facebook est bloqué en Chine. À l’époque, les autorités chinoises avaient décidé de bloquer le réseau social pour empêcher les communications entre des indépendantistes. Les chinois utilisent d’autres réseaux sociaux tel que Renren, un clone de Facebook sur lequel un filtre s’applique. Autrement dit, vos publications sont censurées si elles ne sont pas en phase avec les souhaits du Gouvernement.

À lire également
Le référencement sur Baidu et les réseaux sociaux en Chine, comment ça marche ?

Pour Facebook, le blocus chinois représente un manque à gagner important. 46% des Chinois ont accès à Internet, contre seulement 10% en 2006. Pour revenir en Chine, Facebook a deux solutions : convaincre les autorités chinoises que l’accès à Facebook est sans danger, ou accepter les contraintes dictées par le Gouvernement. Malgré de nombreuses visites en Chine, il semblerait que Mark Zuckerberg n’ait pas réussi à persuader les autorités. Selon le New York Times, Facebook envisagerait donc de revenir en Chine en acceptant la censure du pouvoir.

facebook-chine

Les équipes du réseau social sont visiblement en train de développer un outil permettant de masquer des publications Facebook. Il ne serait pas directement géré par le réseau social, mais via un accès confié à une entreprise chinoise. Ce programme permettrait de repérer les sujets tendance. Le « partenaire » choisi par Facebook les autorités chinoises aurait ensuite la possibilité de rendre inaccessibles certaines publications ou certains sujets de conversation aux autres utilisateurs. Ces déclarations proviennent d’employés actuels et d’ex-salariés de Facebook, qui préfèrent logiquement garder l’anonymat – et rien n’indique, pour le moment, que cette option de logiciel contrôlé par un organisme chinois soit entérinée par le réseau social. Facebook n’a pas souhaité répondre aux révélations du New York Times, se contentant d’un communiqué évasif. En interne, Mark Zuckerberg aurait déclaré :

It’s better for Facebook to be a part of enabling conversation, even if it’s not yet the full conversation.

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. endy gwa dit :

    bof, la demande d’appliquer une censure c’était surtout une excuse pour le gouvernement pour pouvoir effectuer le blocage du site.
    C’est une simple mesure protectionniste pour que les clones chinois de Facebook/Twitter/Youtube/Google puissent prospérer.
    Des sociétés comme Baidu, Tencent, etc. ne vaudraient pas des milliards aujourd’hui si leurs compétiteurs américains n’avait pas été bloqués dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *