Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Examen de la loi Hadopi à l’Assemblée nationale : réactions de la presse

Flavien Chantrel, le 10 mars 2009

libéL’information est en une de nombreux journaux (Libération ou Le télégramme pour ne citer qu’eux). C’est aujourd’hui que le projet de loi « Création et Internet » va être examiné par l’Assemblée nationale. Cela devrait déboucher sur la création d’une Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi). Déjà retardé depuis janvier pour cause de surcharge de calendrier, des rumeurs circulent déjà sur un possible nouveau report ou un examen tardif en soirée. Christine Albanel, Ministre de la Culture, écume d’ailleurs les médias pour évangéliser les foules. Hier soir sur le plateau du Grand journal, ce matin sur RMC, elle voit dans cette loi un recours obligé pour lutter contre le piratage et favoriser les offres légales telles que Deezer qui rémunèrent les artistes. Les téléchargeurs ne semblent plus être de méchants pirates, juste des internautes dont les repères sont devenus flous et qui méritent d’être encadrés. La blogosphère, elle, est fortement opposée à cette loi. Qu’en est-il des médias traditionnels et des acteurs majeurs du web ?

Challenges reste neutre, expliquant brièvement le projet de loi. Certains se font plus pédagogues, comme Le nouvel obs qui offre de nombreuses clés pour comprendre le projet : les principales dispositions, la mobilisation des internautes ou encore quelques chiffres sur l’industrie de la musique. La Tribune fait également dans l’explication de texte.

Mediapart a choisi un autre support pour vulgariser le texte : une vidéo intitulée La loi Hadopi expliquée à mon Peer (to peer). Le ton est déjà plus engagé.

 

Le sujet est controversé, de nombreux sites mettent en avant ses limites. C’est le cas de L’express qui donne la parole à Jérémie Zimmermann de La quadrature du net : « Le projet de loi doit être rejeté en bloc à l’Assemblée. Il est obsolète avant même d’avoir été voté. Le gouvernement et les députés qui voteront ce texte iront droit dans le mur. » Juste retour des choses, le député UMP Franck Riester a également été interviewé, déclarant que « ce texte vise avant tout à faire prendre conscience aux Francais que le téléchargement illégal menace les filières culturelles et numériques de notre pays avec évidemment les emplois qui y sont associés. C’est pour cela que ce texte a d’abord une visée pédagogique. » L’express toujours mais côté blog cette fois, avec Jacques Attali qui juge cette loi scandaleuse et ridicule. ZDnet souligne les rivalités internes au sein du courant majoritaire en présentant un groupe de députés UMP farouchement opposé à cette loi. Le JDD a également misé sur la controverse en opposant les protestataires à la détermination de Sarkozy et Copé. Peu d’articles sont pro-Hadopi. On trouve tout de même sur Le Figaro une interview de Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, expliquant que des milliers d’emplois sont en jeu.

Le Monde a jeté un oeil sur ce qui se fait à l’international. Beaucoup ont rejeté ce concept, d’autres ont opté pour d’autres solutions. La vie numérique se concentre sur les chiffres : Plus de 350 000 internautes privés de connexion en 2010 pour piratage. Rien que çà. Metro préfère publier les résultats d’un sondage : 20% des français auraient déjà téléchargé.

Vous souhaitez suivre le débat en direct ? Numerama a mis en place une page spéciale où vous pouvez lire en live les réactions sur Twitter. Le même concept est disponible sur Info brulante. Sur Le Post, il y a du live également, avec les interventions de blogueurs, de politiques et d’acteurs du web. Enfin, vous pouvez réagir en écrivant directement à Madame la Ministre. Cela se passe sur le site du Ministère de la Culture

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Véronique dit :

    Merci, très important, je vais aller suivre tout cela.

  2. Julien B. dit :

    … faut également parler des sommes astronomiques sont seront à la charges des FAI si cette loi est votée (http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/03/10/hadopi-des-mesures-couteuses-pour-les-fai_1165686_651865.html#ens_id=1162478&xtor=RSS-3208)…

  3. Evy dit :

    … et je rajouterai :
    qui qui s’est qui va payer pour les millions à investir ??? C’est bibi comme toujours !

  4. Julien B. dit :

    Si la loi passe (ce que je ne souhaite pas…), j’attends de voir les erreurs de procédures qu’il va y avoir…. (genre : on ne coupe pas Internet à la bonne personne….)

  5. un ternaute dit :

    Pourquoi ne pas avoir poursuivi sur le chemin de la licence globale !?
    Un « droit de télécharger » sous forme de redevance à la sacem aurait été une solution correcte, satisfaisant les artistes et les consommateurs (mais peut être pas les majors et distributeurs qui faisaient partis des partis anti-licence globale).

    Petite remarque : aujourd’hui, chacun d’entre nous paie une taxe sacem dès qu’il achète un support vierge (cd/dvd/disque dur/clé usb). Quid de cette taxe si le téléchargement devient illégal ? Cette taxe (sur les disques durs entre autre) devait « compenser » les pertes liés au téléchargement… Et n’a plus lieu d’être si cette pratique devient illicite (ou alors cette taxe incite au téléchargement !?).

    Autre petite remarque : j’ai souvenir de certains morceaux téléchargés « légalement » (donc achetés) mais que je n’ai pu copier (DRM) et que j’ai perdu suite à un problème de disque dur ; aurais je le droit de les télécharger à nouveau (gratuitement cette fois puisque je les avais déjà achetés) ? Ces DRM seront ils totalement supprimés d’ici quelques temps afin de permettre à la diffusion légale de percer ?

    Je doute que cette magnifique loi, pondue par des érudits, soit aussi simplement applicable concrètement.

  6. un ternaute (suite) dit :

    Pour rebondir sur l’aspect technique… Comment différencier « vous », en tant qu’individu, de « vous », votre abonnement internet ?
    Il est aujourd’hui possible de se connecter via l’accès internet d’un voisin et/ou d’usurper son identité numérique (et pas si difficilement que ça) ; que se passera t-il lorsque ma grand-mère sera accusée d’avoir télécharger l’intégral de Britney Spears ?

  7. Modérateur dit :

    @Julien @Evy : oui, effectivement, le coût va être important.

    @ un ternaute : la licence globale aurait été beaucoup mieux accueillie, c’est sûr… Pour ce qui est de la taxe sur les supports vierges, il m’a semblé entendre la ministre en interview dire que cela n’avait pas de rapport et qu’elle resterait donc en vigueur.

    Pour ce qui est des DRM, ils devraient normalement disparaitre :
    http://www.silicon.fr/fr/news/2009/03/10/hadopi___chacun_prepare_ses_arguments

    Enfin, pour ce qui est des erreurs de ciblage (et des squattages wi-fi), il me semble qu’un recours est possible mais assez compliqué… Voici un cas concret illustrant la difficulté de mettre un nom sur une IP :
    http://fr.news.yahoo.com/16/20090305/ttc-accuse-par-son-ip-chez-orange-relaxe-c2f7783.html

  8. Julien B. dit :

    Je suis entièrement d’accord avec « un ternaute ».

    @modo : « la taxe sur les supports vierges […] n’avait pas de rapport et qu’elle resterait donc en vigueur. »…. vache à lait quand tu nous tiens… C’est vrai pourquoi perdre une source important de revenu dont on ne sait à quoi elle sert exactement !

  9. Véronique dit :

    Et alors, où en-est-t-on ce matin? Je vais aller lire, pas encore eu le temps. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *