Étude : les internautes méfiants et partagés sur l’avenir de Facebook

Alors que Facebook devrait entrer en bourse vendredi, les études qui portent sur le réseau social délivrent en général des chiffres clefs : nombre d’utilisateurs, interactions, engagement, profits réalisés, prix des acquisitions… Cependant lorsqu’une entreprise gagne de l’argent grâce à ses utilisateurs, il est intéressant de sonder leur perception directement. Au delà des études quantitatives, une enquête publiée par CNBC met en évidence la popularité du réseau social auprès des internautes, et les enseignements sont nombreux.

Popularité : Google, Apple et Microsoft font mieux

51% des sondés déclarent avoir une image positive de l’entreprise Facebook. C’est moins que Google, Apple et Microsoft qui culminent à 71% d’opinions positives. Si ces quatre sociétés s’en sortent plutôt bien, les avis sont beaucoup plus partagés pour Twitter qui ne récolte que 27% d’opinions positives.

Les résultats sont également variables suivant l’âge des sondés : si 71% des moins de 35% ont une opinion favorable vis-à-vis de Facebook, ils ne sont que 28% chez les seniors. Sans surprise, les membres du réseau social le plébiscitent beaucoup plus que les non-utilisateurs (72% contre 25%).

 

Une opinion divisée sur l’avenir de Facebook

Sans doute le chiffre le plus marquant de cette étude : 46% des sondés pensent que le réseau social finira par disparaître à moyen terme, remplacé par de nouveaux outils, de nouveaux modèles, ou de nouvelles pratiques. A contrario, ils sont 43% à penser que Facebook continuera à être un succès à long terme. Les investisseurs potentiels sont à peine plus optimistes, à 48%. Des différences sont néanmoins visibles entre les membres du réseau social et ceux qui ne l’utilisent pas : 51% des membres pensent que le succès perdurera à long terme, contre 35% des non-utilisateurs.

Autre enseignement, les jeunes ne sont pas plus optimistes que leurs aînés, bien au contraire : 51% d’entre eux prédisent le déclin de Facebook à moyen terme.

 

Données privées : les utilisateurs n’ont pas confiance en Facebook

Alors que Facebook a récemment mis à jour sa politique d’utilisation des données, les internautes ne sont pas dupes : si le service est gratuit, les informations des 901 millions d’utilisateurs actifs sont exploitées comme il se doit. Ainsi, seuls 13% des sondés ont totalement confiance en Facebook pour conserver leurs données de manière privée ; 28% d’entre eux accordent une certaine confiance au réseau social, quand ils sont 59% à penser le contraire.

 

Le retour de la bulle ?

L’introduction en bourse pourrait vendredi dépasser les 100 milliards de dollars. Mais l’entreprise les vaut-elle vraiment ? La moitié des sondés pense que Facebook est surévalué, quand ils ne sont que 3% à considérer que sa valorisation est trop basse. Ils sont près d’un tiers à juger que l’entreprise est évaluée à sa juste valeur par le marché.

Lorsqu’on interroge uniquement les investisseurs actifs, ceux-ci sont encore plus sceptiques : 62% d’entre eux considèrent que l’entreprise Facebook est aujourd’hui surévaluée.

 

F-commerce : des utilisateurs méfiants

La majorité des sondés n’est pas prête à passer par Facebook pour effectuer des achats : 54% considèrent que de telles pratiques ne sont pas sûres du tout. 8% des internautes font au contraire entièrement confiance aux achats en ligne via Facebook, et 28% accordent une confiance partielle au réseau social pour la sécurité des paiements. A noter que la méfiance augmente avec l’âge, et que les aficionados de Facebook ne sont pas plus confiants que les autres : la moitié des utilisateurs qui se rendent sur le réseau social plusieurs fois par jour considèrent que les transactions ne sont pas sûres.

 

Pourquoi ne pas utiliser Facebook ?

Lorsqu’on s’intéresse aux raisons qui poussent les internautes à ne pas utiliser le réseau social, on se rend compte que les causes sont multiples : 35% ne voient pas l’intérêt, 22% n’aime pas Facebook, 21% ne sont pas inscrits sur le réseau social pour des problèmes informatiques principalement. La question de la vie privée est importante, puisqu’ils sont également 21% à ne pas utiliser Facebook pour protéger leurs données privées.

 

Mark Zuckerberg : entre indifférence et popularité

50% des sondés déclarent ne pas avoir d’avis tranché sur Mark Zuckerberg ou ne jamais en avoir entendu parlé. 36% ont une bonne image du fondateur de Facebook, et 14% ne l’apprécient pas. Encore une fois, les résultats sont contrastés suivant les tranches d’âges : Mark Zuckerberg est plus populaire chez les jeunes, qui ne sont que 4% à n’en avoir jamais entendu parler.

Au niveau de sa capacité à diriger, 18% des sondés se déclarent très confiants. Ils sont 40% à être plutôt confiants, contre 20% à ne pas considérer Mark Zuckerberg comme un bon leader.

 

Parmi les autres enseignements de l’enquête, nous retiendrons ces résultats :

  • 51% des sondés pensent que les actions Facebook sont un bon investissement.
  • 56% des américains déclarent posséder un profil Facebook.
  • Les jeunes sont les plus actifs, et 73% des seniors ne possèdent pas de compte Facebook.
  • 83% des utilisateurs ne cliquent jamais sur les publicités et les contenus sponsorisés.

Pour en savoir plus : l'intégralité de l'enquête CNBC

Commentaires

  1. Mister3ZE
    16 mai 2012 - 15h45

    « C’est moins que Google, Apple et Facebook qui culminent à 71% d’opinions positives. »

    Petite coquille, non? C’est Google, Apple et Microsoft?

  2. Thomas Coëffé
    16 mai 2012 - 16h47

    Merci de l’avoir remarqué, c’est corrigé ! :)

  3. Alkimist
    16 mai 2012 - 22h00

    Personnellement je ne pense pas que facebook soit tout à fait tranquille surtout quand on voit le nombre de réseaux sociaux qui tente d’avoir sa peau de ce fait il va falloir davantage innover et se doter de solides innovations car oui cela ne suffira pas à rassurer les investisseurs de plus Google n’a rien à voir avec ce réseau social crée pour le fun en effet vous connaissez combien d’entreprises à part Bing qui tenterait de concurrencer Google dont la technologie repose sur un savoir solide, imperfectible et jusque là jamais égalé tandis que facebook n’a pas innové techniquement parlant et c’est là la différence pour moi facebook n’est qu’un banal succès marketing. Donc oui quand il rentrera en bourse il faudra trouver des arguments beaucoup plus solides que de simples trucs cools juste pour épater la gallerie.

2 commentaires supplémentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar