Pourquoi l’edgerank Facebook est une bonne chose

Rarement un algorithme n’aura attiré autant de mépris et de haine que l’edgerank (désormais nommé Newsfeed Ranking Algorithm). Autant celui utilisé par Google pour trier les résultats de recherche pose des questions et passionne des dizaines de milliers de professionnels désireux de percer à jour ses mystères, autant Facebook ne fait qu’attiser la colère des marketeurs. C’est pourtant logique d’être soumis aux conditions du site qui vous accueille, c’est un risque à prendre quand on gère une présence sur une plateforme qui ne nous appartient pas.

Les community managers et autres professionnels du web ne l’entendent pas de cette oreille. Après avoir payé pour obtenir des fans, il faudrait payer de nouveau pour leur parler ? Impensable ! Quoique… La mise en place d’un edgerank est finalement assez logique, et si la visibilité des pages baisse, ce n’est pas pour rien. Voici quelques éléments d’explication qui viennent donner du crédit à l’edgerank Facebook.

edgerank

Les amis sont au centre de Facebook, pas les marques

C’est l’élément central de Facebook, la pierre angulaire qu’il ne faut pas oublier quand on est une marque. Les amitiés sont le fondement de Facebook. Ce sont les liens entre personnes réelles qui contribuent à son succès, pas l’intrusion des marques dans les échanges. Il est donc normal que l’algorithme de Facebook privilégie les personnes dont on est le plus proche, pas ceux qui ont payé pour vous ajouter à leur réseau.

Trop de données implique un tri

Souvenez-vous il y a encore quelques années seulement. Vous aviez quelques dizaines d’amis Facebook, vous étiez inscrit à quelques groupes, rien de bien violent. Vous ne passiez pas vos journées sur Facebook, vous pouviez tout de même vous permettre de lire à peu près tout ce qui se disait. Les temps ont bien changé, le nombre moyen de nos amis Facebook a explosé. Le nombre de pages auxquelles on est abonnés également, même si on ne se souvient pas toujours bien pourquoi on l’a fait… Vous vous voyez vraiment remonter une timeline avec des centaines de messages chaque heure, dont une majorité qui ne vous intéresse absolument pas ? Un tri est nécessaire, tout simplement parce qu’on ne peut pas tout consulter…

like

Si peu de fans voient vos messages, c’est qu’ils ne s’y intéressent pas

Les membres de Facebook ne font pas forcément de tri dans les pages auxquelles ils sont abonnés ou dans leurs amis. Cela résoudrait bien des problèmes, mais faire du ménage n’est pas non plus notre préoccupation première. Il faut donc bien que quelqu’un le fasse pour vous… Et c’est Facebook qui s’en occupe en cachant les messages avec lesquels vous êtes sensé avoir le moins d’affinités. La ruée vers l’or Facebook a fait que des milliers de marques et produits qui n’ont aucune vocation à être sur le réseau y sont et ont accueilli des fans de différentes manières (achats, publicités, concours…). Le manque de sens de leur présence affecte évidemment leur visibilité auprès de fans qui n’en sont pas vraiment. Se plaindre que ces derniers ne voient pas les messages diffusés n’a donc pas vraiment de sens.

Payer pour être vu par ses fans, illogique, vraiment ?

L’acte de cliquer sur « J’aime » n’implique pas de vouloir recevoir à vie des news, c’est juste une action temporaire d’adhésion à un message ou de participation à une opération quelconque (concours, image rigolote, message incitatif…). Un « fan » n’est pas gagné pour la vie, son inscription à la page ne fait que confirmer son affinité avec la marque, pour peu que la campagne d’acquisition ai respecté les valeurs de cette dernière. Payer pour parler à vos fans devrait donc permettre de mieux cibler vos prises de parole, sans avoir à dépenser trop cher en affichages. Une première étape donc, comme une base de données louée à un tiers. N’oubliez pas que vous n’êtes de toutes façons pas chez vous sur Facebook.

L’edgerank, un moyen de donner de la valeur à l’expérience utilisateur et donc d’apporter plus de crédit aux messages délivrés

Si l’edgerank a pour vocation d’optimiser l’expérience des inscrits à Facebook pour leur offrir les messages les plus aptes à les faire réagir et à leur plaire, c’est forcément une bonne chose pour les marques. Cela implique que les messages qu’ils diffusent seront vus par les personnes qui se sentent le plus proche de ces derniers, et donc que vous pourrez parler à ceux qui sont réellement intéressés par vos produits. Si l’acquisition s’est faite dans les règles de l’art…

Source image

Commentaires

  1. jordane
    11 février 2014 - 11h27

    Ah…enfin un article avec du bon sens sur l’edgerank.
    J’ai toujours dit que ceux qui critiquaient les positions de Facebook sur la modification de l’edgerank et le glissement vers le paiement pour avoir de la visibilité, étaient les mêmes qui reprochaient à Facebook il y a 5 ans de ne pas avoir de modèle economique viable !

    Facebook avance de manière logique!

    Mais gros point à améliorer, leur gestion du changement :)

  2. Isabelle Bouttier
    11 février 2014 - 15h36

    Il ne faudrait pas oublier toutefois que Facebook est une entreprise commerciale et que ce process de tri (ou sélection de posts) pour garder son audience captive n’est autre qu’un business model très lucratif !

  3. GuillaumeH
    12 février 2014 - 11h05

    Comme vous l’avez dit en effet, c’est une plateforme qui ne nous appartient pas du coup Facebook peut faire ce qu’il veut néanmoins il y a un devoir de conscience que les gros semblent oublier. Google, c’est pareil… et surtout un manque d’écoute. Ils ont le pouvoir de bouleverser des « business » et quand on a ce pouvoir, la moindre chose, c’est de faire de la pédagogie pour expliquer en avance une Maj histoire de ne pas changer du jour au lendemain…

6 commentaires supplémentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar