Reporting : les 5 outils indispensables du community manager
sumall
Les 20 sites Internet les plus visités au bureau en 2013
20sites
Identité numérique

Top 10 du e-commerce sur les réseaux sociaux

Régulièrement, des blogueurs et des agences dissèquent les pratiques des entreprises et des institutions sur Internet. On pense notamment au baromètre mensuel des collectivités territoriales sur les réseaux sociaux réalisé par l’institut Edgar Quinet. Assez peu d’enquêtes ont jusqu’alors analysé les performances des géants du commerce électronique sur les réseaux sociaux. C’est désormais chose faîte grâce à l’agence AntVoice, qui vient de réaliser un classement des principaux sites marchands sur Twitter, YouTube, Facebook, Pinterest et Google+. Les groupes La Redoute, Cdiscount, les 3 Suisses, Sephora et La Fnac se distinguent.

Que vous utilisiez Facebook, YouTube, Twitter, Pinterest ou Google+, vous ne pouvez pas rater le groupe La Redoute. L’enseigne est présente un peu partout sur le web et rassemble de nombreux internautes. Plus d’un million de fans sont présents sur sa page Facebook, 369 000 followers la suivent sur Twitter et 23 000 personnes sont abonnées aux actualités de la marque sur Google+. La Redoute privilégie notamment Twitter pour présenter ses produits, les promotions et répondre aux internautes. Dans le même temps, les 3 Suisses fédèrent 3 000 personnes sur ce réseau.

Sur Google+, l’enseigne La Redoute se démarque clairement de ses concurrents. Rue du Commerce, second du classement proposé par AntVoice, fédère 30 fois moins d’internautes. Sur YouTube, Sephora tire son épingle du jeu : la marque de cosmétiques accueille près de 9 000 abonnés, contre 4 100 pour La Fnac et 730 pour Carrefour. Globalement, les vidéos proposées par les sites e-commerce ont du mal à séduire les internautes, tout comme les contenus partagés sur Pinterest. Pixmania, seconde enseigne e-commerce en nombre d’abonnés sur la plateforme, ne fédère que 600 internautes.

Les différents classements proposés par AntVoice sont uniquement quantitatifs : ils se basent sur le nombre de fans, de followers ou d’abonnés selon les services. Quelques bémols sont à souligner : certaines marques importantes manquent à l’appel, les interactions ne sont pas comptabilisées, les contenus partagés et la stratégie déployée sur les réseaux ne sont pas évalués. Une analyse qualitative permettrait d’enrichir ce classement, mais l’enquête AntVoice permet déjà de mieux cerner, d’une manière stricte, les présences sociales des acteurs du e-commerce.

Plus d'infos : l'étude sur la présence des e-commerçants sur les réseaux sociaux

Commentaires

  1. Simon Tripnaux
    17 juillet 2013 - 15h36

    Ils sont redoutables ! :)

  2. Patrice
    17 juillet 2013 - 16h40

    On remarque tout de même l’excellente performance des vépécistes du Nord devant les poids lourds des pure players ! Comme le dit Simon, ils sont redoutables :)

  3. Ysabeau
    18 juillet 2013 - 15h40

    Je me pose toujours une question quand je vois ce genre de chiffres, c’est celle de la corrélation entre le chiffre d’affaires et le nombre de fans sur un réseau social. En clair, est-ce que ça rapporte vraiment ?

    Et c’est la question la plus importante (et la plus intéressante), parce que je ne vois pas bien l’intérêt d’avoir quarante-douze milles fans, amis, suiveurs etc. si ça ne rapporte pas un sou, ou en tous cas pas en rapport avec l’investissement nécessaire pour obtenir un tel nombre de fans, followers etc.

    Et la réponse est ?

  4. Thibaut Camberlin
    19 juillet 2013 - 11h42

    Ysabeau ta remarque est très intéressante. Je pense qu’il est difficile de faire une corrélation simple entre présence sur les réseaux sociaux et CA.
    Tout d’abord, je ne pense pas que se poser la question de « est-ce que cela rapporte ou pas » est très pertinente. Voilà pourquoi :
    1/ les médias sociaux touchent de plus en plus de consommateurs, jeunes et moins jeunes. Tu peux donc le considérer comme un investissement pub. Donc pas de ROI de ce point de vue puisque c’est de la visibilité que tu achètes.

    2/ Les réseaux sociaux sont aussi un canal de relation client. Donc quand tu investis sur les RS, tu améliores la couverture de ton service client. Donc tu augmentes le service rendu à tes consos qui peuvent te joindre par ce canal supplémentaire. Difficile ici aussi de faire un lien direct entre l’amélioration de ton service client et ton CA.

    3/ Les clients sont de plus en plus multi-canal : difficile d’attribuer telle vente à tel canal. Un client peut avoir vu un de tes posts FB et acheter en magasin, ou voir une publicité 4×3, se rendre sur ta page FB puis acheter en ligne => à quel canal attribuer la vente, ou dans selon quelles répartitions ?

    Cependant, j’imagine que les ecommercants ont tout un tas de tracking en place afin d’essayer de comprendre le comportements d’achat.

    Certains ont des infos à ce sujet ?

    Thibaut

  5. DUMONT Jérôme
    22 juillet 2013 - 12h14

    Je ne vois ni Decathlon, Leroy-merlin, Norauto … dans aucun de ces classements.
    Notamment Facebook. Ils sont e-commerçants aussi et devraient être dans le Top 10.
    J’ai raté un truc ou c’est encore une étude à 2 francs ?

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar