Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Digital detox, se déconnecter quand on sature du web

Flavien Chantrel, le 10 avril 2013

L’agence Havas nous avait déjà gratifié il y a quelques mois d’une étude particulièrement intéressante sur la France des déconnectés. cette fois, c’est l’agence Dagobert qui se penche sur le sujet à travers une étude sur les français non-connectés. Ils recensent trois types de non-internautes : les digital outsiders, victimes de la fracture numérique qui n’ont pas accès au web ou qui ne savent pas s’en servir, les digital worried, qui craignent pour leurs informations personnelles et se méfient de l’effet Big brother, et les digital detox, qui ont choisi de mettre fin à leurs activités en ligne pour renouer avec la « vraie vie ». Cette dernière catégorie est symptomatique d’un phénomène grandissant, la fatigue de l’hyper-connexion. Attention, personne n’est à l’abri de les rejoindre, tant Internet s’immisce dans nos vies…

L’étude porte principalement sur les digital detox, phénomène intéressant qui commence à pointer le bout de son nez. A force d’être connecté 24h/24 au travail, à la maison, sur nos smartphones et tablettes, le trop-plein peut arriver et l’envie de ne plus virtualiser nos échanges peut être une suite logique pour beaucoup. Surtout quand on travaille dans le secteur… Les digital detox sont d’ailleurs, selon l’étude, des CSP+ âgés de 25 à 49 ans. Et ils assument pleinement cette déconnexion, au point d’en faire un mode de vie à part entière. Cet anticonformisme deviendrait même un fond de commerce pour certaines marques, un positionnement marketing. Je vous laisse lire le reste de l’étude avec cette présentation, vraiment passionnante. Le sujet devrait prendre de l’ampleur dans les prochaines années, à suivre…

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Freddy dit :

    Le type d’internaute se diversifie de plus en plus. Conséquence, il faudra réadapter les stratégies de communication web en fonction de ses mutations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *