Décryptage : le paiement mobile expliqué par Cyril Chiche de chez Lydia

Tout le monde en parle, mais le concept de paiement mobile reste flou pour de très nombreuses personnes qui restent attachées aux moyens de paiement classiques : espèces, carte bancaire… Mais de plus en plus d’initiatives laissent à penser que nous verrons le paiement mobile et dématérialisé se déployer rapidement et que cela rendra peut-être désuet nos devises papier. Pour en savoir plus sur le sujet, nous avons interrogé Cyril Chiche de chez Lydia. Cette appli de paiement mobile revendique aujourd’hui 200 000 utilisateurs et elle est le leader français du secteur. Décryptage sur un phénomène qui n’en est qu’à son commencement.

lydia-P2P

Pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur votre rôle chez Lydia ?

Bonjour, je suis Cyril Chiche, co-fondateur et président de Lydia, le leader du paiement mobile en France.

Qu’est-ce que Lydia ? Pouvez-vous nous décrire le service et son histoire ?

Lydia, c’est l’appli de paiement préférée des français. Nous avons lancé Lydia en 2013 avec un objectif : simplifier les paiements. Nous sommes tous obligés d’utiliser de nombreux moyens de paiements selon les différentes situations : espèces, chèques, carte bancaire… Ce n’est pas pratique, et souvent frustrant. Notre objectif, c’est de proposer une seule interface de paiement, pour toutes les situations. Cette interface unique, c’est l’appli Lydia (disponible pour iOS et Android). Une appli très simple qui permet aussi bien de se rembourser entre amis que de payer des professionnels (professions libérales, plombiers, services à la personne…).

On parle de plus plus en plus de paiement mobile, mais qu’est que cela implique vraiment ?

La question essentielle du paiement mobile c’est : comment le mobile simplifie le paiement ? Pour que les Français adoptent le paiement mobile, il faut que celui-ci résolve un problème. S’il sert à payer d’un geste avec son téléphone, là où on peut déjà payer d’un geste avec sa carte bancaire, il ne change pas fondamentalement notre vie.

Notre conviction chez Lydia, c’est que le paiement mobile est utile quand il permet aux gens de réaliser facilement des paiements qui sont contraignants autrement. Par exemple : je dois de l’argent à un ami, mais je n’ai pas son RIB et pas d’espèces sur moi. Je lui fais un Lydia et en quelques secondes il est remboursé.

Vous venez de passer les 200 000 utilisateurs, cela veut-il dire que le paiement mobile est vraiment en train de se déployer et de se démocratiser ?

Oui ! Nous étions 50 000 en janvier, nous sommes 200 000 aujourd’hui. Surtout, l’usage de l’appli augmente dans toutes les catégories d’âge. C’est la preuve de l’intérêt croissant des français pour le paiement mobile. Avec Lydia, les Français voient un intérêt évident à payer avec leur téléphone. Ils ont donc envie d’essayer, et surtout, une fois qu’ils ont commencé, ils continuent.

Quels sont les freins à une généralisation encore plus étendue ? Y a-t-il des réticences ou des peurs de la part des utilisateurs ?

Le frein principal, c’est le sentiment qu’il s’agit d’une nouvelle technologie, juste pour le plaisir de la technologie. C’est pourquoi, avec Lydia, nous concentrons tous nos efforts sur un but : simplifier réellement la vie des Français, en facilitant les paiements là où ils sont encore complexes aujourd’hui.

Il y a d’autres acteurs internationaux notamment sur ce segment (Square, Paypal…), quels sont les spécificités et points forts de Lydia face à ces concurrents ?

Lydia est l’appli universelle pour tous les paiements : les remboursements entre amis, comme les paiements chez les pros (services à la personne, plombiers, professions libérales, …) ou les achats en ligne. Notre objectif c’est, qu’à terme, avec une seule appli sur notre téléphone, nous puissions absolument tout payer.

Quelles seront les prochaines innovations du paiement mobile ou dématérialisé ?

L’enjeu du paiement mobile, c’est de faciliter notre quotidien. Les prochaines innovations seront celles que demandent les utilisateurs pour payer plus simplement ! C’est donc important de rester à l’écoute pour comprendre leurs besoins en la matière.

Peut-on imaginer la fin du paiement physique à moyen terme ?

Oui, c’est tout à fait possible : la Suède envisage d’ailleurs de devenir “cashless” dès 2030 ! Aujourd’hui, tout le monde voit les espèces et les chèques comme un moyen de paiement désuet : c’est peu pratique pour les consommateurs, et c’est complexe et cher à gérer pour les commerçants, les banques et l’État. En développant le paiement mobile, Lydia travaille à résoudre ces problèmes le plus vite possible.

lydia.com

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet CRM H/F

22 ans d'existence, plus de 2600 collaborateurs, 137 millions d'Euros de chiffres d'affaires en 2015, Proservia, marque de ManpowerGroup, est un acteur solide et reconnu sur le marché des ESN.Spécialisés ...

Team Leader Cellule Graphique – Intégration Emailing H/F

Associant marketing, création et technologies, Publicis ETO est une agence hybride qui réunit 295 collaborateurs pour 25 millions d'€ de MB en 2015. Spécialisée dans le Marketing Client, ETO conçoit ...

Chargé de Projet Marketing H/F

Disposant d'un réseau national d'agences immobilières et membre d'un Groupe présent sur le marché immobilier depuis plus de 15 ans, son succès repose sur une innovation de logement neuf.Rattaché(e) à ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar