Débat : la baisse du reach Facebook est-elle un drame pour les CM ?

Sur le blog, nous présentons régulièrement l’actualité du web et des réseaux sociaux. Nous tâchons de rester neutre dans la plupart des cas ; mais certaines actualités sont très discutées sur les réseaux sociaux : baisse du reach Facebook, intérêt de Google+ ou des réseaux sociaux d’entreprise…

Pour parler de ces sujets, nous pensons que le mieux est de confronter les idées des professionnels du secteur. Cette semaine, nous lançons donc une nouvelle rubrique sur le Blog du Modérateur afin de présenter le point de vue d’experts sur ces sujets. Le premier débat du blog concerne la baisse du reach Facebook : est-elle un drame pour les community managers ? Pour répondre à cette question, nous avons le plaisir d’accueillir Cyrille Baudemont, fondateur d’E-Alchimie, et Marion Zanussi, coordonnatrice médias sociaux et communications en agence à Montréal. Voici la présentation du débat du jour, suivie des points de vue des deux experts. Vous pourrez ensuite choisir la plaidoirie qui vous a le plus convaincu. À vos votes 🙂

La baisse du reach Facebook est-elle un drame pour les CM ?

« Facebook, c’est gratuit (et ça le restera toujours). Ce slogan est-il vraiment valable pour les marques ? Ces derniers mois, de nombreux community managers se sont plaints de la baisse de la visibilité de leurs publications. Facebook explique que c’est normal, puisque les posts sont de plus en plus nombreux. Mais beaucoup y voient une façon pour Facebook de maximiser ses revenus. Cette réalité que vivent chaque jour les community managers va-t-elle changer leur métier en bien ou en mal ? Les CM seront-ils bientôt remplacés par des trafic managers chargés d’acheter de la visibilité ? »

facebook-dollars-hq

Marion Zanussi : « je vois la baisse du reach, aussi drastique, d’un mauvais œil »

Depuis mon inscription sur Facebook en mars 2007, j’ai régulièrement entendu la rumeur qui voulait que Facebook deviendrait payant pour ses utilisateurs. Évidemment, je riais sous cape de la naïveté de mes « amis » qui croyaient qu’en copiant-collant un message dans leur statut avant le 1er janvier 2008 ils feraient partie des chanceux qui bénéficieraient de Facebook gratuitement.

Je rigole beaucoup moins maintenant que je suis community manager pour un organisme à but non lucratif et pour des TPE/PME où chaque sous compte et donc avec lesquels j’ai très peu de budget.

Je vois donc la baisse du reach, aussi drastique, d’un mauvais œil. Oui, cela va obliger tout le monde à faire preuve d’originalité pour voir son contenu apparaître dans le plus grand nombre de feeds, mais quand bien même. Cela va de nouveau plonger les TPE/PME et autres OBNL dans une précarité en ce qui concerne la promotion de leurs produits/organismes. Pourquoi ne pas proposer des tarifs spéciaux pour ce genre d’entreprises et d’organismes en fonction du chiffre d’affaires annuel ? Mark Zukerberg aurait-il oublié les débuts de thefacebook.com ?

Cyrille Baudemont : « le trop vaste métier de CM va devoir se spécialiser »

« Facebook, c’est gratuit (et ça le restera toujours) » : malheureusement cette utopie n’est qu’un rêve et il est grand temps de regarder la réalité en face : Facebook est une entreprise qui après avoir attiré plus d’un milliard d’utilisateurs peut se targuer d’être en possession d’un incroyable trésor auquel peu de marques/d’entreprises peuvent résister. Effectivement, comment pourraient-elles ignorer un espace qui regroupe une telle diversité de profils tout en offrant la possibilité de les segmenter de manière ultra- précise ?

Quant au récent métier de community manager, il a souvent été incompris et pas toujours pris au sérieux, à tel point qu’obnubilées par l’illusion d’un eldorado gratuit ou à faible coût qu’offrait Facebook, beaucoup d’entreprises ont choisi d’improviser elles-mêmes leur community management. Or, maintenant que Facebook leur demande de payer pour être visible, ces dernières risquent fort de voir le community management sous un nouvel angle. Ne pouvant ignorer un tel vivier de prospects et de clients, elles vont partir à la recherche de spécialistes capables d’amoindrir les effets de la baisse du reach et de faire fructifier leurs investissements. C’est alors que le trop vaste métier de CM va devoir se spécialiser et se segmenter pour faire naître de nouveaux métiers.

Par ailleurs, n’oublions pas que Facebook n’est que le premier réseau social à oser demander aux entreprises de payer avec autant de vigueur, d’autres suivront indéniablement, faisant naître autant de nouveaux spécialistes. Pour un CM, la peur de l’évolution ne serait-elle pas un comble ?

Qu’en pensez-vous ?

La parole est aux Internets ! Les deux experts ont présenté leur point de vue, c’est maintenant à vous de voter. Et n’hésitez pas à commenter l’article pour détailler votre avis.

 

OFFRES D'EMPLOI WEB

Concepteur Développeur H/F

CMRE Logiciel, Société de Services du Numérique depuis plus de 40 ans, a 3 établissements situés respectivement à Ceyzériat dans l'Ain (15km de Bourg en Bresse), Arbent (01) et Saint ...

Développeur IOS – Android H/F

Acteur de l'ingénierie informatique depuis 2005, Philaë Technologies répond aux exigences de qualité et de performance des systèmes d'information et de communication autour de 4 pôles d'innovation : AMOA / ...

Alternant Développeur Web H/F

Le CESI recrute, pour le compte d'un de ses clients, un Développeur Web H/F en alternance. Vous intégrerez en alternance la formation diplômante de responsable en ingénierie des logiciels permettant ...

Commentaires

  1. donatien
    23 avril 2014 - 10h42

    J’ai voté non.

    Au contraire, ça va permettre au métier d’être plus intelligent. Facebook ne sera plus nécessairement au centre des stratégies social media. Cette baisse du reach, cela signifie que Google+ va peut être enfin décoller et, touchons du bois, que les entreprises vont enfin comprendre l’intérêt de maîtriser son espace conversationnel en s’exprimant sur son propre support (blog, site, forum, etc…)

  2. Yannick
    23 avril 2014 - 11h25

    J’allais dire la même chose que donatien, à savoir que plus on va complexifier la manière de communiquer et de « marketer » le réseau social, plus cela sera intéressant et pertinent.
    Cela va également ouvrir d’autres voies (Google+, Twitter, etc.) aux internautes qui ne se reconnaissent plus dans Facebook.

  3. Anthony Besson - Digicomstory
    23 avril 2014 - 12h02

    La baisse du reach Facebook va obliger à améliorer la qualité des contenus publiés, et ça, ce n’est pas un mal.

    Après, je pense que cela va changer le métier, c’est certain. On passe d’une logique d’Earned Media à une logique de Paid Media, et donc d’une logique de relations publiques à une logique de marketing.

    Cela va changer certainement la densité des publications, va requérir plus de créativité de la part des CM mais aussi plus de stratégie. La logique communautaire va peut-être également laisse plus de place à des logiques de campagnes, plus traditionnelles. Ou alors l’inverse… on va pouvoir enfin sortir de ces pages de fans qui ont tellement d’abonnés qu’elles n’ont plus rien de communautés pour aller vers vers des pages plus restreintes en nombre de fans, mais qui contiennent de véritables ambassadeurs de marque, des gens passionnés par la marque et avec lesquelles la marque va pouvoir tisser de véritables liens forts. Finalement, la course aux fans a fait beaucoup de mal au principe même de communauté et à ce que promettait ces nouvelles formes de communication. What do you think Thomas, Marion, Cyrille ? 🙂

  4. Erwan
    23 avril 2014 - 13h02

    NON
    car il faudra de bons profils pour arriver à tirer son épingle du jeu.

    OUI
    car cela va dégoûter plus d’une entreprise d’investir dans ce média. Moi je m’investis beaucoup moins sur Facebook.

  5. Baptiste Garnot
    23 avril 2014 - 13h13

    Non également.

    La baisse du reach c’est un scandale sur le plan moral. OK. Sauf que la monétisation version XXL de Facebook a un avantage : exit l’hypocrisie et le baratin de la part d’une bonne partie du secteur du Social Media. Certes on a du pain sur la planche pour faire comprendre à nos clients que non, nous ne sommes plus sur un espace gratuit, c’est un fait. Cela dit, tous les CM vont monter en compétences et proposer des stratégies beaucoup plus tournées vers la performance.

    Ensuite, et ce n’est pas négligeable, cette perte de pouvoir relative de la part des marques est une réelle opportunité pour les internautes. L’engagement va plus que jamais s’obtenir sur leurs enjeux et je ne serai pas surpris de voir les pages Facebook de marques accorder désormais plus de place à la relation client par exemple.

    Pas sûr que ça fasse décoller Google+ pour autant. Les vrais mécontents de cette réforme du reach sont les CM, pas les internautes.

  6. anotherwhisky
    23 avril 2014 - 13h51

    J’ai voté non.

    Ca va pousser à la créativité, mais aussi à la multiplication des supports d’échanges. Par contre j’ai toujours du mal à croire que les utilisateurs vont migrer vers google plus. Attendons de voir.

  7. Cyrille Baudemont
    23 avril 2014 - 17h00

    Bonjour Anthony,

    Je suis assez d’accord avec toi, je l’évoquais d’ailleurs dans cet article (si je peux me permettre ce partage) : http://www.mycommunitymanager.fr/la-baisse-du-reach-une-excellente-nouvelle-pour-les-community-managers/

    Cordialement,
    Cyrille Baudemont

  8. Fabrice
    23 avril 2014 - 17h56

    J’ai voté NON. A mon avis, la baisse du reach Facebook est un drame pour Facebook lui-même. En effet, beaucoup de structures (petites, moyennes ou grandes) risquent de se détourner de ce réseau social, car elle ne voudront pas mobiliser de ressources pour publier des contenus qui n’auront aucune interaction. La perte en CA de Facebook risque de se faire très mal à la firme de Mark Zukerberg… C’est la voie royale pour un nouvel entrant, qui saura copier le modèle Facebook de manière intelligente, en trouvant le juste équilibre entre satisfaction des marques et des internautes.

  9. Julien
    24 avril 2014 - 9h28

    Je pense surtout que pour 5% qui vont réussir à en tirer profit, ce sont 95% qui vont en souffrir et passer à la caisse.

    Et le problème de la baisse du reach, c’est qu’elle ne va absolument pas pousser les utilisateurs FB vers d’autres réseaux sociaux. Par conséquent, le report sur d’autres supports est quelque chose auquel je ne crois pas du tout. Ou alors à moyen/long terme.

    Mon avis : mon budget annuel va en prendre un coup :’-(

  10. Julien
    25 avril 2014 - 9h39

    « I said No No No »
    Premièrement, le métier de community manager évolue de plus en plus vers un « brand content scientist » et non vers un « SEO champion ». Les inputs du CM peuvent désormais dépasser le strict cadre de Facebook et nourrir les opérations de communication à leur création pour leur assurer une dimension « sociale ». Donc ce métier reste pertinent, plus communicant, moins marketing. Quant à Facebook, il permettra tjs de réaliser en France de belles opérations de « crowd » par exemple mais ce modèle risque de décourager certains dirCom, notamment en com corporate nativement moins génératrice d’engagement.

  11. Yann - Aisne Numérique
    25 avril 2014 - 12h35

    Monter une communauté sur un outil qui ne vous appartient pas est toujours un risque. Maintenant que tout le monde a donné de la force à cet outil, c’est un peu tard pour constater qu’il peut changer ses règles à volonté.

    Construire un château sur une plage, c’est très rapide et valorisant, mais qu’en restera t’il d’ici quelques temps ?

    La bonne pratique est sans doute de garder comme point central son site ou son blog et capitaliser dessus. Multiplier les réseaux sociaux plutôt que de ce concentrer sur un seul, même si c’est le leader.

  12. Clo & Clem
    26 avril 2014 - 8h04

    La baisse du reach n’est pas forcément une mauvaise chose. Tout dépend du point de vue où on se place.

    Pour une grosse marque qui se sert de Facebook pour faire de la pub, c’est une catastrophe. Mais pour une petite page qui se sert de Facebook comme plateforme d’échange avec les internautes, c’est une excellente nouvelle.

    Plutôt que d’être noyé dans un milliers de messages sans intérêt, les messages qui intéressent et font réagir remontent automatiquement. Notre nombre de fans n’est pas démentiel (un peu plus de 2000) mais notre reach reste toujours aux alentours de 80% voir 100% grâce à une forte interaction avec notre communauté.

    Le vrai problème, ce n’est pas la baisse du reach. C’est le fait de pouvoir contourner un système vertueux en faisant de la pub. J’utilise de moins en moins Facebook d’un point de vue personnel à cause de ces encarts publicitaires qui ne m’intéressent pas…

  13. Jean-Christophe
    26 avril 2014 - 19h20

    Je vois ça du bon côté : ça va probablement nettoyer ce réseau qui regorge de tout et de rien et nuit à l’intérêt global.
    Je ne suis pas contre payer si le retour est conséquent, si la stabilité arrive enfin et si l’on peut planifier des campagnes à trois mois. Actuellement c’est très difficile du fait des modifications permanentes, des applis mobiles encore très en retard et du manque de visibilité sur ce que l’on paye vraiment.
    Vos retours sont intéressants par ailleurs, merci 🙂

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar