Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Comment fonctionne l’algorithme Twitter ?

Fabian Ropars, le 8 mars 2017

Au moment où tous les réseaux sociaux se ressemblent de plus en plus, Twitter a longtemps gardé une caractéristique unique : un ordre anté-chronologique des contenus publiés, sans filtrage algorithmique. Cette particularité était largement appréciée des utilisateurs, mais en janvier 2016, Twitter a passé le pas et mis en place, sous l’impulsion de Jack Dorsey, une Timeline algorithmique. Cette Timeline permet à Twitter de vous proposer une section « au cas où vous l’auriez manqué » et d’insérer des Tweets dans votre Timeline alors que ceux-ci proviennent d’utilisateurs que vous ne suivez pas. Mais contrairement à Facebook, on ne sait pas vraiment comment marche l’algorithme. Will Oremus a mené une longue enquête sur le sujet pour Slate, dont voici quelques éléments importants.

Un algorithme pour passer plus de temps sur Twitter

Le premier point intéressant soulevé par l’article est que cette nouvelle organisation du contenu nous rend plus actifs sur Twitter. Cela permettrait, aux anciens utilisateurs de plus utiliser Twitter, et aux nouveaux de mieux comprendre le réseau. Ce fut d’ailleurs une surprise même pour Twitter qui ne s’attendait pas un tel résultat. L’algorithme est par ailleurs en perpétuelle mutation, d’après Deepak Rao le product manager en charge de ce dossier, des douzaines de tests sont effectués chaque mois. Comme pour Facebook, l’algorithme est totalement personnalisé et n’affecte pas de la même façon les comptes. Avec son algorithme, Twitter n’est plus un réseau social au sens propre, mais une Timeline d’information personnalisée.

Au cœur de l’algorithme

Dès que vous ouvrez Twitter, le service collecte tous les tweets des personnes que vous suivez et leur accorde un degré d’importance. Le ranking de la Timeline se fait selon ces critères :

  • L’engagement du tweet : RT, clics, likes et temps passé à le lire
  • L’engagement du tweet par rapport à l’engagement des autres tweets de l’auteur
  • Âge du tweet : un tweet récent est mieux ranké
  • Fréquence de l’engagement avec l’auteur du tweet
  • Temps passé à lire les tweets de l’auteur, même sans engagement avec ceux-ci
  • Média contenu dans le tweet
  • Propension du lecteur à interagir avec tel ou tel type de média

Tout cela n’est pas anodin. Twitter avait avant une certaine « objectivité » de part sa nature. Aujourd’hui il contribue à ce qu’on appelle les « bulles filtrantes » (ou filter bubbles) : créer un espace de contenu où le contenu vous ressemble déjà. Dès lors, on ne confronte plus ses opinions, on les conforte.

 

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *