Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Cité digitale : entretien avec Michel Duchène, adjoint au maire de Bordeaux

Flavien Chantrel, le 15 janvier 2010

agenda bordeauxJ’avais présenté il y a quelques jours l’application iPhone lancée par Bordeaux et dédiée à l’agenda culturel du site de la ville. En moins d’un mois, l’application a déjà été téléchargée plus de 5 000 fois. Cette première en France est lourde de sens, prouvant que qu’institutionnel ne rime pas avec retard technologique. Cet exemple de stratégie en ligne démontre la possibilité pour les pouvoirs publics de se servir des outils mis à leur disposition par le web pour privilégier la proximité, les échanges et l’implication des citoyens. Soucieux d’en savoir plus sur la stratégie mise en place par la ville de Bordeaux et sa vision à long terme de la place du web dans les échanges avec ses administrés, j’ai fait une demande d’interview. Celle-ci a eu un écho positif. Voici donc les réponses de Michel Duchène, adjoint au maire de Bordeaux chargé de la Cité numérique, de la prospective et de la stratégie urbaine, que je remercie sincèrement pour le temps qu’il a accordé à cet entretien.

  • Le site Bordeaux.fr vient de sortir coup sur coup 2 nouveautés liées au web mobile (site en version smartphone et application iPhone). Dans quel but ?

La grande évolution du web aujourd’hui réside dans l’accès au contenu et aux services depuis le téléphone portable. Cette tendance est prometteuse ; elle augure à la fois de services à la personne d’un type nouveau plus individualisé, mais également adapté au contexte dans lequel se trouve l’individu. De cette mobilité découlera demain une facilité plus grande pour chacun d’adapter ses usages du web à ses préférences.

En proposant l’agenda de Bordeaux sur téléphone mobile, nous anticipons cette tendance vers un web « à la demande » accessible à tout moment et partout.

  • Cela s’inscrit-il dans une stratégie à long terme ?

Absolument. Bordeaux a l’ambition de devenir une cité digitale riche et dense en usages de l’Internet, développés aussi bien par les professionnels que par les particuliers. La mobilité constitue un élément incontournable, mais nous allons également travailler sur d’autres axes en particulier l’accès de tous à Internet, ou encore l’e-éducation.

  • Quelle approche avez-vous des réseaux sociaux (Twitter, Facebook) et du web 2.0 en général ?

Je les regarde désormais comme une évolution incontournable de l’Internet mais aussi de nos comportements. J’ai la conviction profonde que dans ce domaine le meilleur est encore à inventer. Les réseaux sociaux nous feraient courir le risque si nous n’y prenions pas garde, de nous dissoudre dans un océan d’information sur le quotidien de chacun. A contrario, ces outils peuvent être un puissant accélérateur de solidarité et de sociabilité s’ils ne deviennent pas une fin en soi, mais aboutissent à des relations réelles. De ce point de vue, je considère avec intérêt le travail que réalise par exemple le Conseil des Jeunes de Bordeaux sur un réseau social pour élaborer son projet et le soumettre demain à l’appréciation du plus grand nombre. Restons concrets !

  • Des nouveautés sont-elles prévues dans les prochains mois ?

La cité digitale va rapidement se remplir de contenu : nouveaux sites pour nos musées à commencer par le CAPC, conçus sur un logiciel libre ; étiquettes communicantes disséminées dans la ville, qui seront utilisées pour apporter des compléments d’information aux citoyens ; mise en cohérence de nos points publics d’accès à Internet et expérimentation sur 100 familles d’une mise à disposition d’un ordinateur connecté à haut débit et d’une offre de formation, pour prendre le train de l’Internet sans attendre. Sans oublier le lancement d’une vaste plateforme de consultation… mais nous en reparlerons bientôt.

  • Selon vous, quelle place peut occuper Internet dans les relations Ville/administrés ?

Internet c’est le monde global bien sûr mais c’est aussi la proximité si l’on veut bien s’en donner la peine. C’est surtout l’occasion rêvée d’associer nos concitoyens à la vie de leur propre quartier ou à la vie de la cité et ce quelque soit les disponibilités de chacun. Nous souffrons tous d’emploi du temps de plus en plus chargés, mais aussi d’avalanches de messages qui réduisent parfois notre attention aux affaires communes. Internet va nous permettre de proposer un mode de participation plus modulable, qui ne se résume pas à la réunion publique. A cet égard il constitue une promesse de démocratie renouvelée.

Le site de la ville de Bordeaux
Télécharger l’application iPhone Agenda culturel de Bordeaux

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. gill d'elia dit :

    merci de ce retour plus que favorable pour le futur de bordeaux qui confirme son ambition de leader dans le domaine du Web administratif ;).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *