Censure, Hadopi et Internet : peut-on contrôler le web ?

flagInternet est un formidable espace de liberté. Déjà à l’époque du fameux modem 56k aussi bruyant qu’un moteur de tondeuse (la fameuse offre illimitée AOL à 99 francs), les possibilités offertes par cet outil faisaient rêver. Une dizaine d’années, 177 millions de noms de domaine et 58% des foyers connectés plus tard, les promesses ont été tenues. La connaissance et la communication sont à portée de clics : apprentissage d’une langue étrangère, informations d’actualité, sources scolaires, communication, logiciels en ligne… Le web est devenu un outil du quotidien, utilisable depuis nos téléphones, notre travail, notre domicile.

Mais un si grand espace de liberté connait forcément un revers de la médaille. Le village se fait global, la capacité des autorités à contrôler le réseau est forcément limitée. La psychose a donc augmenté aussi vite que le nombre de connections. Internet servirait également à apprendre à construire des bombes, à parier en ligne, à structurer des organisations mafieuses et terroristes et, pire que tout, à pirater des films et de la musique. La lutte contre ces dérives a donc pris forme. Les gouvernements mettent en place des opérations pour protéger les entreprises et les internautes. Ces derniers sont toutefois souvent réticents à toute forme de contrôle. A quelques jours de l’examen de la loi Hadopi, voici donc quelques exemples de ce qui se passe à l’étranger (et en France).

  • Australie

access L’initiative du gouvernement australien partait d’un bon sentiment. Pour protéger les australiens (et plus particulièrement les enfants), il a été décidé de mettre en place un système de filtrage pour censurer les sites illégaux et ceux aptes à choquer les plus jeunes. Les fournisseurs d’accès seraient obligés de bloquer une liste noire de sites inappropriés. Mais plusieurs problèmes se posent : le débit serait fortement ralenti pour les utilisateurs, 1% des sites bloqués le seraient par erreur, le dispositif est onéreux, dur à mettre en place et facile à détourner… Au-delà de çà, les internautes et associations de consommateurs s’élèvent contre un choix unilatéral. Ce dispositif de censure, le premier dans un pays occidental, a été mis en place sans consultation préalable. Et surtout, dans l’esprit collectif, ce serait ouvrir la porte à un contrôle de l’information, synonyme de liberté amputée. Vu sur le Twitter de latruffe, un outil a été mis en place pour sensibiliser les internautes. Proposez un lien, le site vous fournira une version censurée de la cible. Voici un exemple avec mon blog. Le message d’avertissement suivant apparaitra :

access denied

Au final, le projet est sans cesse repoussé, et ne verra peut-être même pas le jour, ses faiblesses étant trop nombreuses…

Ressources

EcransEn route vers un « Internet plus sûr »
No clean feedStop Internet Censorship in Australia

 

  • Nouvelle-Zélande

black La Nouvelle-Zélande a essuyé les plâtres de la riposte graduée avec la section 92a. Cela aurait pu être le titre d’un film de série B, mais il s’agit d’une loi visant à suspendre les abonnements des internautes s’adonnant à des activités illégales en ligne. Le piratage en tête de gondole bien sûr. Un front de révolte a rapidement vu le jour. Des manifestations, une pétition (18 000 signataires) et un blackout du web néo-zélandais ont été mis en place. Cette ferveur populaire a été couronnée de succès, puisque l’application de cette loi a été repoussée, avant d’être peut-être purement et simplement annulée.

Ressources

Creative freedom – Join the Internet Blackout
NumeramaLa Nouvelle Zélande suspend la riposte graduée au dernier moment !

 

  • Chine

chine La Chine est l’exemple le plus flagrant en matière de censure. La Grande Muraille pare-feu de Chine interdit ainsi l’accès à de nombreux sites jugés dissidents par les autorités locales. Cette régulation du web en fonction de la politique nationale est radicale : plusieurs dizaines de milliers de censeurs veillent. Certains acteurs majeurs se prêtent même au jeu. Les 300 millions d’internautes chinois (dont plus de la moitié bloguent) ont donc une vision (au sens propre) du web bien différente de la notre… Un plugin Firefox, China Channel, vous permet de surfer comme si vous étiez sur place. C’est instructif, n’hésitez pas à essayer. L’indignation internationale avait été forte au moment des Jeux Olympiques, elle semble retombée depuis. Le problème ne se limite de toutes façons pas au domaine du web…

Ressources :

Reporters sans frontièresVoyage au coeur de la censure
Rue89JO: la Chine censure Internet, et le fait savoir
The inquirerLa censure Internet se renforce en Chine

 

  • France

blackout Et la France dans tout çà ? Si vous ne vivez pas coupé du monde, vous avez entendu parler de la loi Hadopi et de son application : riposte graduée aboutissant à la suspension de la connexion Internet. Critiquée par bon nombre d’acteurs du web, d’internautes et même d’hommes politiques, elle sera examinée par l’Assemblée nationale le 10 mars prochain. Après avoir abandonné l’idée d’une licence globale, le gouvernement se lance donc dans la répression, soutenu par l’industrie du disque et du cinéma. Son application est jugée hasardeuse par beaucoup, onéreuse et compliquée à mettre en place. Le collectif La quadrature du net a lancé un appel au blackout, comme en Nouvelle-Zélande. Mais cette fois, il ne s’agit pas de fermer totalement les sites, mais d’y afficher les couleurs noires. Nous verrons si cela se révèle efficace.

Ressources

PCinpactDénoncer en quelques clics les contenus illicites
La quadrature du net « riposte graduée » ? HADOPI ? « Création et Internet » ?
AccessOwebDébat participatif géolocalisé en temps réel contre l’Hadopi
Génération NTRiposte graduée : la France seule en Europe ?
EcransCombien va réellement coûter la loi Création et Internet ?

Au final, de nombreuses tentatives de contrôle du web par des acteurs du gouvernement ont été accueillies froidement par les internautes, qui n’ont pas hésité à manifester leur mécontentement. Cette pression populaire a parfois fonctionné. L’avenir nous dira ce qu’il adviendra de la loi Hadopi et de l’application qui en sera faite. De nombreuses questions se posent : comment réguler les contenus accessibles ? Vers quel modèle évoluer pour satisfaire à la fois l’industrie du divertissement et les internautes ? Où finissent les libertés individuelles et où commence le besoin de contrôle ? Le web va encore évoluer dans les prochaines années, l’interventionnisme des gouvernements et la mise en place d’autorités de contrôle également. L’absence de dialogue ne servirait qu’à créer des incompréhensions. Un équilibre doit donc être trouvé. Et vous, comment voyez-vous le web de demain ?

Crédit icône

OFFRES D'EMPLOI WEB

Concepteur Développeur H/F

CMRE Logiciel, Société de Services du Numérique depuis plus de 40 ans, a 3 établissements situés respectivement à Ceyzériat dans l'Ain (15km de Bourg en Bresse), Arbent (01) et Saint ...

Développeur IOS – Android H/F

Acteur de l'ingénierie informatique depuis 2005, Philaë Technologies répond aux exigences de qualité et de performance des systèmes d'information et de communication autour de 4 pôles d'innovation : AMOA / ...

Alternant Développeur Web H/F

Le CESI recrute, pour le compte d'un de ses clients, un Développeur Web H/F en alternance. Vous intégrerez en alternance la formation diplômante de responsable en ingénierie des logiciels permettant ...

Commentaires

  1. Antoine Dupin
    3 mars 2009 - 17h37

    Moi le web de demain, je le vois comme une religion 🙂

  2. FmR
    3 mars 2009 - 18h24

    Le web de demain je ne sais pas trop dans quelle direction il ira (à part dans un troisième dimension) en revanche ce serait bien que les gouvernements arrivent à comprendre vraiment ce qu’est Internet d’aujourd’hui, sans voir uniquement les côtés dangereux ni céder aux lobbys de l’industrie du divertissement eux-aussi dépassés. Pour cela il faudrait laisser un peu de côté l’idéologie sécuritaire et mettre des gens compétents aux manettes (comme NKM mais avec un vrai pouvoir). A mon avis c’est pas demain la veille.

  3. Modérateur
    3 mars 2009 - 18h28

    @Antoine : 🙂 Pour ceux qui n’ont pas compris, direction ici :
    http://antoine-dupin.com/leblog/internet-est-il-une-religion/

    @FmR : on est d’accord.

  4. Gabriel
    3 mars 2009 - 19h18

    Toujours intéressant de savoir ce qu’il se fait (ou ne se fait pas) ailleurs, merci Flavien ! 🙂

    Je vais aussi en profiter pour aller lire le doc d’Antoine. 😉

  5. Anthony
    3 mars 2009 - 19h21

    La censure est bien parti en France alors révoltons nous mais avec ce ministre…
    Sinon que faire ? Rien malheuresement .
    Ps : que pense tu de mon nouveau design franchement.

  6. Véronique
    3 mars 2009 - 19h55

    Évidemment d’accord avec FmR. Et puis, surement besoin d’explications hors du monde du web à destination des très – trop – nombreux qui ne l’utilisent pas encore vraiment.
    Je le vois sans arrêt dans mon milieu professionnel d’origine(audiovisuel), par exemple: il y a beaucoup, mais beaucoup, qui ne comprennent pas, ou plutôt ne connaissent pas et les usages et les outils.
    Sinon, je vais aller lire Antoine Dupin dans le détail 🙂

  7. ultrahardcore
    24 mars 2009 - 13h49

    TOUCHE PAS A MON NET !

  8. domaine
    13 mai 2009 - 12h42

    Le net espace de liberté tend à être de plus en plus contrôlé par les dirigeants. Le piratage, même s’il existe n’est que le support pour un contrôle massif des échanges entre internautes. La HADOPI, pourra effectuer se contrôle, mais personne nous dit si les données recueillis par l’HADOPI ne seront utilisé par d’autres et pour d’autres raisons.
    L’HADOPI, autorité non judiciaire, qui sera soumise au bon vouloir des groupes de pression
    L’on voit bien que cela peut se produire car la CNIL à était volontairement poussée à la porte du débat, car opposé à cette loi.
    En ce jour 13/05/09, le sénat vient d’adopter ce projet de loi.
    La surveillance de chacun va entrée en vigueur, si par bonheur cette loi ne pouvait être appliquée, il en couterai quand même des sous pour faire semblant de faire quelque chose, que je nommerai le pare feu gouvernemental de l’inutilité.
    Il faudra pour chaque internaute installer un logiciel de sécurité sur son ordinateur et en cas de refus des pénalités tomberont.
    Big Albanel Sister, vient de frapper, souhaitons juste que ce soit un boomerang qu’elle vient de lancer et que le retour lui soit désagréable.

  9. arminius
    20 mai 2009 - 8h18

    INTERNET est une véritable révolution et un nouvel espace de liberté d’information et d’expression . Nous savons tous ce que les français pensent de la JUSTICE (elle n’est pas indépendante et est politisée tant à droite qu’à gauche ou l’extrême gauche avec la mafia des avocats sans scrupules plus au service des accusés que des victimes ! la justice est surtout dépendante du pouvoir et jouit des fameux privilèges discriminatoires des régimes spéciaux ), et les MEDIAS radios et journaux (idem , bénéficiant de privilèges fisciaux et de revenus juteux et que les français qualifient de p….) Les MEDIAS nous mentent et manipulent l’opinion comme tapisser les émissions de spectateurs passifs répondant aux claps sur ordre et donnant l’impression déguisée de démocratie mais « passive » , ou même quand ils ne fabriquent pas des candidats aux élections en dépit de l’opinion publique et des électeurs comme Bayrou actuellement . N’oublions les INSTITUTS de SONDAGE autres manipulateurs de l’opinion sur commandes des intéressés . Un sondage n’est pas un REFERENDUM seule et véritable expression démocratique !

    INTERNET permet au plus humble des citoyens de cette France de plus en plus anti-démocratique d’avoir ACCES à la liberté de la CONNAISSANCE , du SAVOIR et de l’INFORMATION indépendamment du « SYSTEME » et en conséquence d’AGIR contre le TOTALITARISME ambiant mais croissant des forces politiques manipulatrices mais aussi et surtout des forces de l’ARGENT notamment celles qui entretiennent les JOURNAUX et les RADIOS à travers les investisseurs publicitaires et donc les multi-nationales elles-mêmes trés politisées.

    Tous les internautes doivent à tous prix défendre cette conquête trés menacée car elle contredit informe et s’oppose à ceux qui vous mentent ;INTERNET est la seule force actuelle capable d’abattre les bastilles qui emprisonnent de plus en plus l’humanité ! INTERNET lutte et remet à leur place tous ceux qui profitent de l’ignorance et veulent vous MANIPULER .

    Un seul moyen efficace : créer un Parti pour la Defense des Libertés et le Droit à l’Information et à l’Expression LIbre du Citoyen contre le Totalitarisme Mondialiste.

    Si la Révolution Française avait subi les MODERATEURS ( langue de bois) ou CENSEURS ( liberticides) elle n’aurait jamais existé. Son mot d’ordre : »Abolition des PRIVILEGES » . 200 ans aprés il est toujours d’actualité . Mais avec la mondialisation ce n’est plus 1 Bastille mais des Bastilles à abattre…

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar