Arrêtons de parler du Community manager

qualités CMSi vous êtes utilisateur régulier de Twitter ou lecteur régulier de blogs High-tech/marketing, vous avez sans doute repéré le buzzword de l’année 2010 : Community manager. Il ne se passe pas un jour sans qu’un blog y aille de son analyse sur le sujet : le rôle du CM, les qualités du CM, la définition du poste… Ce qui il y a quelques mois permettait (à la limite) de mettre en lumière un nouveau métier du web est devenu un marronnier pour tout blogueur souhaitant dépasser 10 RT sur un de ses articles. Reste à voir si le trafic et les mentions rapidement apportées se concrétisent en réelles lectures et fidélisent le lecteur, mais ça c’est autre chose. Étant Community manager depuis quelques années, le sujet m’intéresse forcément. Mais l’accumulation de clichés, de billets sans fond et autres coquilles vides me poussent comme beaucoup d’autres à dire stop. Voici quelques raisons de ce ras-le-bol.

Qui est Community manager ?

C’est la première question à se poser. Combien de Community managers sont actuellement en poste en France ? Pire : combien sont en poste chez l’annonceur ? Les community managers sont très peu nombreux. Et vu l’apparition récente du métier, nombre d’entre eux ont une expérience limitée ne permettant pas forcément de dégager de bonnes pratiques. Pourtant, si on en croit les profils et blogs de beaucoup, les community managers sont des milliers. Cela doit certainement être le seul métier où il y a plus de candidats que de personnes en poste. Est-ce grave docteur ? Absolument pas ! Le métier est en pleine expansion, chacun a le droit de tenter sa chance. Les communiquants et autres marketeux sont nombreux à se tourner vers cette filière, leur secteur étant sinistré. Les autodidactes et passionnés de web aussi. Feraient-ils de bons community managers ? Pourquoi pas. Leurs premières expériences leur permettra de confronter leur théorie avec la réalité du monde du travail.

Mais seulement voilà : les Community managers en herbe ont compris que le seul statut permettant de se démarquer est celui d’expert. Problème, donner des conseils sur un métier que l’on a jamais pratiqué est difficile. Cela peut même être dangereux quand on est écouté par d’autres néophytes qui prennent ces éclairages pour des réalités. D’autant que la principale difficulté du poste est la confrontation avec les réalités économiques, les besoins réels de son employeur et les objectifs à réaliser. On est souvent loin de la théorie sur ces différents points. Attention donc aux analyses que vous pouvez parfois prendre comme argent comptant : sont-elles vraiment crédibles ?

Chaque besoin est différent

Dur de définir les bonnes pratiques du Community management quand on sait que chaque cas est différent. Selon le secteur d’activité de l’entreprise, sa notoriété, ses objectifs ou encore ses moyens financiers et humains, la stratégie sera différente. Et la communauté ? Est-elle interne ou externe à l’entreprise, composée de clients, de prospects, de candidats, de fans ? Chaque poste de Community manager est différent. Certes, il y a des points communs, des outils de référence, des stratégies qui peuvent se recouper. Mais de là à généraliser le rôle ou les objectifs du Community manager, il y a un gap.

Les conseils que l’on peut trouver en ligne vous seront-ils utiles dans la démarche que vous souhaitez mettre en place ? Dans la plupart des cas, non. Les informations les plus importantes pour un Community manager sont généralement les études de cas, l’actualité des différents médias et réseaux sociaux, les tests d’outils. Pas le énième récapitulatif des 10 qualités qu’un CM doit avoir. Pour le reste, le web évolue sans cesse, il n’y a aucune vérité absolue. A vous d’adapter vos démarches en fonction de vos connaissances, de vos objectifs et des retours que vous avez pu mesurer.

Un rôle à ne pas surévaluer

Le Community manager a un rôle important dans un service web. Mais pas plus qu’un autre ! Webmarketeurs, référenceurs, développeurs graphistes et autres travailleurs du web sont au moins aussi importants. Ils le sont même généralement plus. Pourtant, quand on regarde les textes publiés chaque jour sur le sujet, on pourrait croire que le Community manager est l’unique garant de la stratégie web de l’entreprise. C’est à lui de prendre toutes les initiatives, d’obtenir des résultats mirobolants avec trois bouts de ficelle. Un vrai magicien en somme.

Dans les faits, la situation est bien différente. Le community manager ne rendra pas votre société sociale en trois clics. Il ne créera pas une communauté sans moyen à partir de rien. Il n’est pas le mouton à 5 pattes du service web d’une entreprise, il n’en est qu’une des composantes. Avancer le contraire ne fait qu’embrouiller les décideurs et les entreprises qui ont une vision limitée du web et des possibilités qu’il offre. Finalement, le rôle du CM est aussi exagéré que l’importance des réseaux sociaux. Vulgariser leur importance revient à réduire leur crédibilité.

Il existe autant de types de Community manager que de postes. Les besoins, les communautés, les stratégies sont à chaque fois différentes. Le profil de la personne en poste influera également grandement sur le contenu des missions. Il n’existe donc pas de recettes miracles. Méfiez-vous des discours ambiants, comme dans de nombreux autres domaines ! Le community manager a un vrai rôle à jouer, pour autant qu’on discerne bien sa fonction.

A lire aussi sur le sujet :
Le community management c’est magique
Demain tous experts
Community management : stratégie vs opérationnel ?

Commentaires

  1. celinecrespin
    13 septembre 2010 - 12h15

    « Étant Community manager depuis quelques années, le sujet m’intéresse forcément. Mais l’accumulation de clichés, de billets sans fond et autres coquilles vides me poussent comme beaucoup d’autres à dire stop. Voici quelques raisons de ce raz-le-bol. »

    => Il y a 2 mois, j’ai failli faire un article exactement comme le tien pour les mêmes raisons… Il est d’ailleurs fini à 75% mais toujours dans mes brouillons et je suis ravie que tu ai publié le tien.

    Tout comme toi, je suis #CM depuis quelques années. J’ai commencé officiellement il y a 4 ans, à l’époque où ma fonction était « Responsable communication et communauté »… Au fur et à mesure du temps, ma fonction a évolué mais le coeur même de mon métier est resté le même… Passé ensuite à « Digital P.R » puis transformé en fameuse « Community Manager » pour que mon poste « parle a tout le monde ». Depuis 1 an et demi, c’est l’enfer.. les « community managers » poussent comme des champignons, quelque soit l’age, l’expérience, la formation de départ. Un blogueur depuis 6 mois, avec un compte twitter et un iphone peut devenir CM, stagiaire la plupart du temps ou en CDD… Une banalisation et diabolisation d’un métier qui demande beaucoup + de compétences que l’on ne le croit.

    Bref, tout ça pour te dire merci de cet article salvateur auquel je m’associe bien volontiers :)
    Céline -

  2. Benoit Faverial
    13 septembre 2010 - 12h17

    Merci !

    Je commençais vraiment à me lasser de prêcher dans le désert au sujet de la génération spontanée de Community Managers en herbe !

    Surtout que pour un métier éminemment humain, dégager des constantes est déjà bien assez dur, alors se proclamer expert quand les plus vieux pratiquants n’osent pas parler d’expertise en dehors d’un secteur ou d’une communauté précise …

  3. Modérateur
    13 septembre 2010 - 12h25

    @Céline : oui, tu me fais penser que j’ai oublié un des points que je souhaitais aborder : le métier de Community manager n’est pas du tout nouveau. C’est une évolution de différents postes existant auparavant et utilisant de nouveaux médias… Mais oui, ça fait un peu peur des fois cet écosystème, quand on sait qu’au bout de quelques années on n’a pas du tout fait le tour de la question sur sa propre communauté, alors devenir expert en CM en général en quelques mois, bravo…

    @Benoit : entièrement d’accord. L’expertise en général est à prendre avec des pincettes, encore plus sur ce type de sujet. Reste à savoir ce que l’on nomme expertise, savoir-faire me parait plus juste.

34 commentaires supplémentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar