Après le name googling, le name twittering ?

Dans la lignée de la semaine spéciale identité numérique, je vous propose aujourd’hui un billet écrit par Lilian Mahoukou et Emilie Ogez. Il porte sur une problématique d’actualité : l’éclatement des supports sur lesquels nous laissons des traces numériques. Après le bien connu name googling, va-t-on assister à un name twittering ? Autrement dit, il faut veiller à ne pas laisser de traces compromettantes sur les différents services que nous utilisons, y compris Twitter. Et cela même si le micro-blogging a tendance à diffuser une information jetable qui ne perdure pas forcément. Les écrits restent ! Merci à tous les deux pour ce billet.

name googling

Le Name Googling, une pratique courante

Le name googling est une pratique connue et de plus en plus utilisée pour trouver des informations sur une personne, une organisation, une marque… Pour cela, il suffit de saisir dans Google (et par extension, n’importe quel autre outil de recherche d’informations : celui de YouTube, Google Blogsearch, etc.) le nom et le prénom (ou bien le pseudo) d’une personne, de l’organisation, de la marque…

En quelques clics, il est possible de se faire une idée du profil d’une personne (voire de sa personnalité), de sa connaissance et de sa maîtrise des outils Internet (par exemple, sur quels réseaux sociaux a t-il un profil ?), d’avoir un aperçu des sites qu’il visite, d’en savoir plus sur son parcours professionnel, ses compétences, ses loisirs… On sait quelle est sa présence numérique. On peut également se forger une première impression de son e-réputation (ce que ses (ex-)collègues disent de lui, comment il est vu par son réseau de contacts, est-il ou pas reconnu comme un expert dans son domaine…) à partir des commentaires qu’il laisse, des articles « linkés », des articles qu’il rédige sur son blog ou d’autres sites collaboratifs, etc.

name twittering

Et demain, le Name Twittering ?

Depuis Février 2008, Twitter connaît une croissance exceptionnelle de +1382% selon une étude Nielsen. Même en France, le boom est impressionnant.

Ce qui est intéressant vis-à-vis de cette plateforme de microblogging, c’est la fréquence des conversations et l’activité en temps réel. En effet, les microblogs centralisent en un seul endroit ce qu’une personne ou une société diffuse (photos Flickr, articles de blogs, articles intéressants, actualités, tweets d’humeur…) car c’est aussi un espace où l’on peut rapidement accroître sa visibilité.

A l’instar du Name Googling, le Name Twittering pourrait bien devenir une pratique courante. C’est une source d’informations potentielle phénoménale et précieuse, car elle se focalise sur les conversations !

NB : à partir des informations issues du Name Googling, il est possible de savoir si un compte Twitter est ouvert ou pas. Il est aussi possible de retrouver des tweets précis. Par exemple, la requête « eogez « coup de pouce » twitter » permet de retrouver les tweets correspondants :

eogez

L’histoire « Cisco Fatty » en est une illustration récente et pertinente. L’étudiante californienne en question a en effet perdu ses chances de travailler pour la firme américaine, à cause d’un tweet d’humeur indiquant qu’elle n’était pas motivée pour le poste. Manque de chance, certaines personnes de chez Cisco étaient également présentes sur Twitter. Monitorer les conversations via Twitter Search, Monitter ou un outil client Twitter comme TweetDeck, est une des activités principales d’un « community manager« . Le simple fait de mentionner « Cisco » dans un tweet expose directement son auteur, et ce, en l’espace de quelques minutes.

profil

Quelles leçons en tirer et qu’en déduire ?

Qu’il s’agisse de Google ou de Twitter, les leçons sont les mêmes : faire attention à ce que l’on dit et fait sur la Toile. L’exemple de Fatty est un enseignement pour tous, qui démontre que le buzz négatif se créé très rapidement dans la twittosphère et que l’effet de levier est plus important également.

Les fakes (faux comptes ouverts à votre insu) avec un contenu divergeant du vôtre peuvent entamer votre e-réputation. Ici, la solution est d’être pro-actif, d’ouvrir un compte Twitter, pour éviter le cyber-squatting. Les politiciens sont les premières victimes et on en voit déjà les effets indésirables sur l’image professionnelle.

Vous pouvez retrouver Emilie et Lilian sur (notamment) :

Le blog de Lilian Mahoukou
Emilie Ogez News
Le projet Doppelganger

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet CRM H/F

22 ans d'existence, plus de 2600 collaborateurs, 137 millions d'Euros de chiffres d'affaires en 2015, Proservia, marque de ManpowerGroup, est un acteur solide et reconnu sur le marché des ESN.Spécialisés ...

Team Leader Cellule Graphique – Intégration Emailing H/F

Associant marketing, création et technologies, Publicis ETO est une agence hybride qui réunit 295 collaborateurs pour 25 millions d'€ de MB en 2015. Spécialisée dans le Marketing Client, ETO conçoit ...

Chargé de Projet Marketing H/F

Disposant d'un réseau national d'agences immobilières et membre d'un Groupe présent sur le marché immobilier depuis plus de 15 ans, son succès repose sur une innovation de logement neuf.Rattaché(e) à ...

Commentaires

  1. [Enikao]
    7 avril 2009 - 18h19

    Google News vient d’ailleurs depuis peu d’intégrer les tweets dans les Google Alerts (recevoir une Google Alert sur soi, ça fait bizarre…).

    D’où l’intérêt :
    – de configurer ses tweets en mode privé
    – ou bien de twitter sous pseudo 😉

  2. Modérateur
    7 avril 2009 - 18h50

    @[enikao] on en revient toujours au même, l’anonymat est souvent une méthode efficace pour se préserver 😀 Je ne savais pas pour les Google Alerts, c’est intéressant, je vais aller voir çà.

  3. Mathieu Ch.
    7 avril 2009 - 22h31

    quoi qu’on fasse sur internet, il faut faire attention :p

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar